L'avion, un ATR 72-600, décollait de la capitale Taipei, plus précisément de l'aéroport de Songshan dans le Nord du pays, pour se rendre sur l'île de Kinmen, une île proche de la Chine mais sous autorité taïwanaise. Pour une raison encore indéterminée, il a commencé à perdre de l'altitude. Il a violemment heurté une autoroute avant de plonger et s'écraser dans une rivière. Sur ce pont, encombré de traînées de débris, un taxi a été heurté par l'appareil. Mais le chauffeur est heureusement resté indemne. « L'avion était énorme et est passé tout proche de moi. J'en tremble encore », a expliqué un témoin.

Rapidement, les secours sont arrivés sur place pour acheminer, via des canots de sauvetage, les rescapés vers le rivage.

Publicité
Publicité

Des passagers étaient encore bloqués dans l'avion qui risquait de rapidement sombrer. Le bilan en fin de journée faisait état de 23 morts sur 58 personnes à bord (53+5 membres d'équipage). La série noire se poursuit donc pour l'aviation taïwanaise. En juillet dernier, un avion de cette même compagnie TransAsia s'était écrasé sur l'île de Penghu, causant la mort de 48 personnes, dont deux Françaises. La cause était connue : le typhon Matmo et ses vents violents avaient entraîné la chute de l'appareil.

Les excuses du Directeur général

Malgré ces deux dramatiques accidents proches dans le temps, TransAsia a connu un essor important ces dernières années en lançant de nouvelles lignes à destination de la Chine. La compagnie joue donc un rôle très important dans les relations diplomatiques, souvent tendues, entre les deux pays.

Publicité

L'avion se situait sur une ligne intérieure et avait d'ailleurs à son bord 31 touristes de Chine continentale. Les boîtes noires ont été récupérées et le BEA (Bureau d'enquête et d'analyses) français va envoyer deux enquêteurs sur place. L'appareil a été assemblé en France et l'Hexagone est donc très attentif aux événements en cours à Taïwan. La direction de l'aviation civile taïwanaise a rapidement apporté certaines précisions : l'ATR 72-600 avait moins d'un an et venait de subir des opérations de maintenance. Quant au Directeur général de la compagnie, Peter Chen, il a exprimé ses regrets lors d'une conférence de presse. « Nous voulons présenter nos excuses aux familles », a-t-il déclaré, tout en remerciant les nombreux secouristes présents sur place et engagés dans une course contre la montre pour sauver les derniers rescapés.