Les appuis ne cessent d'augmenter pour le Saoudien Raïf Badawi détenu et soumis à de possibles flagellations depuis la première séance il y un mois. Cette fois, c'est un caricaturiste indien qui sort publiquement pour soutenir le jeune homme dans sa lutte pour la liberté d'expression. Aseem Trivedi, bien connu en #Inde, a sorti son arme favorite pour contrer le fouet: son crayon!

Aseem Trivedi est très interpellé par la cause de Raïf Badawi ayant lui-même été emprisonné en Inde il y a deux ans. En 2012, il avait fait un dessin dénonçant la corruption indienne en se joignant au mouvement national contre la censure.

Ainsi, il s'est donné le défi de produire un dessin pour chaque coup de fouet en réponse aux sanctions données par les autorités saoudiennes.

Publicité
Publicité

Sur son site web "Free Raif", Aseem Trivedi met en ligne ses caricatures qui sont parfois ironiques, parfois tragiques. Il y dénonce ouvertement l'interprétation radicale de l'islam. On peut voir dans ses créations des hommes barbus, armés ou dictant leur vision du monde aux autres. « La peine de Raïf Badawi est absurde. Il n'y est pas question de justice, mais plutôt de cruauté, de vengeance », mentionne-t-il.

Ce dernier avait laissé son arme favorite de côté depuis son emprisonnement, mais les attentats de Charlie Hebdo et la cause de Raïf Badawi l'ont convaincu de le ressortir. « Même si j'ai passé seulement une semaine derrière les barreaux, j'y ai pris conscience de la véritable valeur de la liberté. Je le fais maintenant pour Raïf. J'ai eu du support de la communauté internationale à l'époque et c'est mon tour de redonner », dit-il.

Publicité

« Raif Badawi est un homme courageux qui mérite le soutien de tous, affirme Aseem Trivedi. Une personne qui ose s'élever dans un pays comme l'#Arabie Saoudite est le vrai visage de la liberté d'expression et doit être une inspiration pour l'ensemble du monde.» Ainsi, après les prix Nobel et les diplomates, les autorités saoudiennes voient une autre personne s'ajouter à la longue liste qui supporte déjà Raïf Badawi.