Selon un rapport du Pentagone, rédigé en 2008, le chef d'Etat russe souffrirait du syndrome d'Asperger. Une forme d'autisme qui perturberait son développement neurologique et ce, depuis son enfance. #Vladimir Poutine s'imposerait « un contrôle maximum » lors d'une crise, d'après le rapport. Ce dernier a été publié ce jeudi 5 février par USA Today.

Grâce à diverses vidéos mettant en scène le président, Stephen Porges, un psychiatre, a pu examiner les expressions de son visage. Il a noté que Vladimir Poutine était souvent sur la défensive lors de grands évènements réunissant beaucoup de personnes. Un comportement qui présenterait « une forme d'autisme », estime Stephen Porges, et qui trahirait son mal aise avec ceux qui l'entoure.

Publicité
Publicité

« Ce sérieux problème de comportement a été identifié par les neurologues comme le syndrome d'Asperger, une forme d'autisme qui affecte toutes ses décisions », confirme Brenda Connors, l'experte du collège naval de l'armé à Newport, aux Etats-Unis, et auteur de ce rapport. Elle diagnostique également que le regard, toujours très fixe, du chef d'Etat russe est la preuve d'une « hypersensibilité ». La marque même d'un défaut neurologique et d'une incapacité à faire face aux signaux extérieurs. De plus, Brenda Connors précise que son regard traduit « une forte dépendance au combat, aux réactions froides ou donnant l'impression de fuir ». Bien heureusement, Ce syndrome n'affecte en rien ses capacités intellectuelles.

Pour autant, ce défaut neurologique de Vladimir Poutine n'a, jusque-là, toujours pas été confirmé par des scientifiques.

Publicité

Pour cela, il faudrait faire passer au président russe un scanner du cerveau.

Le Pentagone, de son côté, n'apporte qu'une moindre importance au rapport rédigé par Brenda Connors. A l'heure actuelle, le document n'est toujours pas parvenu au bureau du secrétaire à la Défense et aucun responsable n'a demandé à ce qu'il soit examiné, selon Valérie Henderson, porte-parole du Pentagone.

En Russie, ni le principal intéressé, ni l'un de ses proches, n'a, pour l'instant, fait de commentaire à ce propos.