Des milliers de manifestants sont sortis dans les rues de la ville antigouvernementale de San Cristobal, entre autres, et dans plusieurs autres villes du pays le 12 février dernier. Ces marches marquaient l'anniversaire du mouvement protestataire vénézuélien. Un mouvement qui a provoqué beaucoup d'affrontements entre civils et policiers au cours de l'année dernière.

Dans l'ensemble du Venezuela, les marches se sont déroulées dans le calme et le respect. Cependant, dans la ville de San Cristobal, les choses ont dégénéré. Des gaz lacrymogènes ont été lancés, des balles de caoutchouc ont été utilisées et des pierres ont été projetées pour envoyer les manifestants à la maison.

Publicité
Publicité

Les policiers, qui étaient équipés de leurs armures anti-émeute, n'avaient pas besoin de beaucoup plus pour intervenir. Quelques pierres, et le mal était fait. Le chaos a commencé dans cette marée de personnes indignées.

La maire de la ville a déclaré que " cinq personnes avaient été victimes d'altercations ", aux membres de la presse. À Caracas, plusieurs sympathisants du président, Nicolas Maduro, ont répondu aux manifestants par des marches d'appui. Des autobus de fonctionnaires étaient stationnés dans les rues de la capitale vénézuélienne.

Quarante morts depuis février 2014

Le président Maduro a déclaré: « avoir déjoué un possible coup d'État qui aurait été supporté par les Américains ». Il semble qu'il essaie d'acheter du temps car il n'a pas donné les preuves de ses dires.

Publicité

Jeudi, cinq membres des forces navales du Venezuela ont été arrêtés en raison de leur soi-disant intention de bombarder le palais présidentiel. Ces déclarations sont devenues quelque peu burlesques car il les utilise à toutes les sauces. Les coups d'État seraient monnaie courante au Venezuela si on en croit le nombres de militaires arrêtés.

En mettant sa foi devant les actions pour freiner l'inflation incroyable du pays, le président Maduro s'est attiré la grogne. Et depuis février 2014, les statistiques montrent que plus de quarante morts ont été provoqués par les manifestations contre l'administration Maduro.