Chaque année, le centre-ville de Riga accueille une bien curieuse manifestation. Il s'agit ni plus ni moins de la « Parade d'Honneur » des vétérans de la section lettonne des Waffen SS. Ce n'est pas une blague. Ce lundi encore, de vieux messieurs portant des insignes nazis ont parcouru les principales rues et places de la ville en chantant des chants « patriotiques » rythmés au bruits des tambours. Ils étaient suivis par des députés du parlement letton appartenant au parti Visu Latvijai! (Tous pour la Lettonie! NDLR) ainsi que de jeunes gens bodybuildés au crâne rasé. Dans le cortège on pouvait voir des drapeaux lettons, mais aussi estoniens côtoyer ceux de la Wehrmacht.

Mise en place de façon spontanée en 1994, la marche de célébration de la légion lettonne des Waffen SS avait été interdite en 2000. Mais huit ans plus tard, le président de l'époque, Valdis Zatlers, l'autorisa de nouveau. Ce dernier était membre du Comité Central du Front Populaire de Lettonie entre 1988 et 1989, un parti créé pour réclamer l'indépendance de la Lettonie, alors occupée par l'Union Soviétique. Il avait annoncé à plusieurs reprises que, pour lui, les SS lettons « n'étaient pas des nazis, mais des libérateurs œuvrant pour l'indépendance de leur Patrie et sa libération du joug soviétique. »

Depuis, tous les ans, à l'arrivée du printemps, quelques milliers de personnes viennent ainsi chanter la gloire du nazisme dans le centre-ville de Riga, mais aussi au cimetière de Lesten où sont enterrés les légionnaires lettons ayant combattus aux côté des nazis. Selon le portail letton Delfi, en 2014 la parade avait accueilli plus de deux mille personnes.

Aucun débordement à signaler

Le lundi 16 mars un millier de personnes environ se sont retrouvées pour ce défilé de 45 minutes qui s'étendait de l'église Saint-Jean jusqu'au Monument à la Liberté, au pied duquel ils ont déposé des fleurs.

Selon le maire, Nils Ušakovs, ce nombre ne représente que 0,14% de la population de Riga. Aussi, ce dernier a tenu à remercier via sa page Facebook tous ceux qui ne s'étaient pas rendus au défilé. « Un grand merci aux 99,86% des habitants de Riga, » peut-on lire sur son statut.

Ce fut ensuite au tour des mouvements anti-fascistes d'investir le Monument à la Liberté. Portant des pancartes ornées de photos de victimes des crimes nazis et vêtus symboliquement de tenues de désinfection nucléaire et de masques à gaz, ces derniers sont venus « laver » la place après le passage de la « crasse nazie. »

Les heurts en marge du cortège entre nostalgiques du IIIe Reich et mouvements « Anti-Fa » étant devenus systématiques, le cordon de police déployé pour encadrer la marche et empêcher tout débordement fut plus important que les années précédentes. Tout s'est finalement passé dans le calme.

Rappelons que la Waffen SS a été condamnée par le tribunal de Nuremberg en tant qu'organisation criminelle coupable de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. #Union Européenne