L'opération policière de grande envergure « Lava Jato » a mis en lumière un réseau de corruption important au Brésil au travers de la compagnie pétrolière Petrobas. De nombreux politiciens ont été mis sous enquête en plus de plusieurs cadres de l'entreprise. Au total, ce sont 54 personnes qui seront sous la loupe des autorités brésiliennes au cours des prochaines semaines suite à la demande, le 4 mars dernier, de la Cour suprême du pays.

Ainsi, le parquet brésilien a mentionné dans un premier temps que les 54 personnes avaient le droit à l'immunité parlementaire, mais les représentants ont précisé que "certaines d'entre elles ne pouvaient en bénéficier malgré leurs relations avec des politiciens en poste ".

Publicité
Publicité

Les politiciens qui risquent d'être sous enquête ont la chance de garder leur réputation intacte, du moins pour le moment, car les noms n'ont pas été dévoilés à la presse. Cependant, cela risque de n'être qu'une question de temps car le procureur en charge, Rodrigo Janot, a déjà déposé une requête pour avoir le droit de dévoiler la liste des personnes impliquées.

Système de pots-de-vin bien implanté

Les enquêteurs ont découvert un système de versement de pots-de-vin au sein de Petrobas. Ce dernier, généralisé à la majorité des cadres, était en fonction depuis environ dix ans. Les principales compagnies de construction du pays ont donné des quantités importantes aux dirigeants de Petrobas en échange de contrats de grande valeur.

Jusqu'à maintenant, selon les informations détenues par les enquêteurs, il y aurait jusqu'à 4 milliards de dollars qui ont été détournés des coffres de Petrobas au cours de la dernière décennie.

Publicité

La majorité de cette somme aurait été versée dans des comptes d'élus du Parti des travailleurs de la présidente Dilma Roussef. Ainsi, la dirigeante de la plus importante économie en #Amérique latine est au milieu d'un scandale qui risque fort probablement de lui coûter la présidence ou de rendre sa gouvernance très difficile en raison des milliers de personnes qui y vivent sous le seuil de la pauvreté.