Le gouvernement de Stephen Harper a annoncé que les réservistes de l'armée canadienne obtiendront finalement la reconnaissance qu'ils méritent. Lors d'une conférence de presse tenue le 13 mars à Halifax, en Nouvelle-Écosse, le ministre des Anciens combattants, Erin O'Toole, a fait l'annonce des nouvelles mesures. Ces dernières permettront aux réservistes d'avoir droit aux mêmes indemnités que les soldats réguliers s'ils sont blessés en service à l'étranger. Cela représente une grande différence pour les soldats.

La politique canadienne dans ce domaine était quelque peu en retard. Les réservistes ne pouvaient pas bénéficier des mêmes indemnités que les soldats à temps plein en cas de blessures sur les champs de bataille même s'ils y faisaient le même travail. Ottawa veut remettre les pendules à l'heure.

L'exemple de l'Afghanistan

Lors de la participation du #Canada à la mission en Afghanistan, plus de 27.000 réservistes sont allés au front contre les Talibans. Plusieurs d'entre eux ont été blessés sans avoir le droit à des compensations respectables. « Ils jonglent entre une carrière civile et le service militaire. Aujourd'hui, je m'assure qu'ils recevront le respect mérité pour leurs efforts », déclarait Erin O'Toole. Ainsi, plusieurs soldats qui ont été blessés en service auront droit à des compensations comme tous les soldats à temps plein.

Pendant la mission en Afghanistan, 14 soldats réservistes ont perdu la vie. Maintenant, avec cette réforme, « si les soldats sont blessés ou meurent en service, le Canada sera là pour eux comme il se doit », dit le ministre.

Les familles des militaires en profiteront aussi

Ce changement n'affectera pas seulement les militaires, mais leur famille également. Les compensations versées aux familles des soldats décédés au front seront les mêmes que pour les soldats à temps plein. Ainsi, la famille d'un réserviste sera légèrement plus tranquille en cas d'incident malheureux.

Le traitement illégitime des réservistes était un sujet important pour les Conservateurs. Un rapport du Comité permanent des anciens combattants du Canada a permis aux politiciens de prendre conscience du déséquilibre et d'actualiser une politique désuète.