Le 8 mars dernier, des centaines de femmes se sont réunies pour bloquer l'accès à la compagnie pétrolière Suncor située dans l'Est de la ville de Montréal. La Fédération des femmes du Québec voulait ainsi démontrer à la population les dommages collatéraux de l'exploitation pétrolière qui détruit la vie de plusieurs femmes autochtones et favorise le phénomène de la prostitution près des chantiers.

Elles ont profité de la Journée internationale des droits de la femme pour faire valoir leur point de vue sur les sables bitumineux et les effets invisibles de son exploitation sur les femmes vivant à proximité. La Présidente de la FFQ, Alexa Conradi, indique que « les féministes ont une conscience sociale citoyenne faisant en sorte que leurs revendications dépassent le simple droit des femmes ».

En plus du volet environnemental, le volet social doit être pris en considération dans les grands projets énergétiques. « Outre le fait que ce soit un des pétroles les plus sales du monde, l'exploitation des sables bitumineux provoquent un accroissement de la violence faite aux femmes dans les communautés autochtones qui entourent les chantiers. De plus, une hausse de la prostitution est notée », mentionne Alexa Conradi, insistant sur l'obligation des dirigeants à mettre en place des ressources pour aider les femmes dans ces régions.

La Fédération croit que le capitalisme accroît les inégalités sociales et dans la mesure où les femmes souffrent de celles-ci, les compagnies pétrolières sont un symbole. « Nous croyons qu'il est possible de faire mieux en tant que société », dit la Présidente. Ainsi, au cours des prochains mois, la Coalition de la marche mondiale des femmes mènera des actions sur le thème « Libérons nos corps, notre terre et nos territoires ». Ce slogan fait référence au rôle important de l'État, du système économique et de la société sur la perte de pouvoir des femmes sur leur corps, leur territoire et leur environnement.

Cette sortie publique survient à peine 24 heures après un rapport des Nations Unies qui critique fortement le gouvernement canadien sur son inertie quant à la violence subie par les femmes autochtones dont plusieurs vivent à proximité de chantiers pétroliers. Une heureuse coïncidence ! #Canada #Journée de la femme