La fièvre hémorragique meurtrière a passé le cap des dix mille victimes selon le rapport hebdomadaire de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Le dernier bilan actualisé en date du 10 mars fait état de 10.004 victimes et de 24.350 personnes atteintes du virus.

Au Liberia, ce sont 4.161 morts sur 9.343 cas enregistrés. Pendant la période la plus épidémique, trois cent nouveaux cas étaient enregistrés chaque semaine selon l'OMS. En Sierra Leone, ce sont 3655 décès sur 11.677 cas. En Guinée, il y a eu 2.187 victimes sur 3.330 personnes atteintes.

Un cap symbolique, mais des signes encourageants

C'est un jalon important que l'épidémie passe, mais les signes sont très encourageants pour gagner la lutte.

Publicité
Publicité

Ils permettent de croire que les 15.000 ne seront pas atteints. Pour une deuxième semaine consécutive, aucun cas n'a été enregistré au Liberia. Une première depuis le début de la propagation du virus. En Sierra Leone, les cinquante-huit cas répertoriés la semaine dernière sont la plus petite quantité de cas depuis juin dernier. Ces signes sont révélateurs que la lutte est sur le bon chemin.

Le vaccin VSV-EBOV mis sur pied par l'Agence de la santé publique du Canada est en essai en Guinée depuis le 7 mars dernier.

Du virus Ebola à la rougeole

Les institutions de santé du Liberia, du Sierra Leone, et de la Guinée ne sont pas sorties de leur enfer. Les experts en santé publique ont mis en garde contre la possibilité de l'explosion des cas de rougeole en raison de la baisse de la vaccination.

Publicité

Une étude publiée dans la revue scientifique Science mentionne que 227.000 cas de rougeole risquent d'être répertoriés cette année. C'est cent mille de plus que dans les années passées et cela pourrait se traduire par cinq mille à seize mille décès.

Cette hausse possible des cas de rougeole serait directement liée au fait que les institutions de santé des trois pays ont été débordées par le virus #Ebola et, par conséquent, elles n'ont pu immuniser les populations comme elles le font normalement.

Si le virus Ebola est moins meurtrier ces jours-ci il produit tout de même des dommages collatéraux importants. #Afrique