Les États-Unis ont ouvert une enquête suite à des allégations de différentes ONG qui accusent le régime syrien d'avoir utilisé des armes chimiques à base de gaz de chlore dans le nord-ouest du pays. Le secrétaire d'État, John Kerry, croit que le régime de Bachar al-Assad doit répondre de ses actes s'il a utilisé ce type d'armes interdites.

Il insiste sur le fait que « même s'il est impossible d'apporter des détails pour le moment ou des exemples précis, si c'est vrai, ce comportement serait un exemple tragique additionnel des atrocités commises par le régime Assad contre le peuple syrien ».

Selon un groupe de surveillance et des adversaires du régime du président al-Assad, six personnes sont mortes dans une attaque au gaz, dont trois mineurs. Ces événements se sont déroulés dans le village de Sarmin, dans la province d'Idlib.

« Nous regardons ce dossier avec attention et étudions les mesures qu'il faut prendre », a ajouté John Kerry, qui était l'un des premiers à mettre la pression sur la #Syrie pour qu'elle détruise son arsenal chimique. La majorité des armes a été détruite par des spécialistes de la communauté internationale.

Pour le Secrétaire d'État, « il est évident que Bachar al-Assad bafoue tous les standards et toutes les normes internationales, dont la Convention sur les armes chimiques ».

Le régime syrien a longtemps nié la présence des armes

Il y a peu de temps que la Syrie reconnaît la présence des armes chimiques. Ce n'est qu'en 2013 que le régime de Bachar al-Assad a signé la convention qui a mené à la destruction de celles-ci. Mais, depuis cet accord, plusieurs organismes et ONG ont mentionné l'utilisation de ces dernières sur le territoire contrôlé par le régime.

Un appel à l'action de John Kerry

« La communauté internationale doit agir devant autant de terreur », a repris John Kerry qui accuse le régime Assad de faire régner la peur dans les villages et les villes de Syrie « avec des largages de barils explosifs, des détentions arbitraires, la torture, les violences sexuelles, le meurtre et la famine ». #Etats-Unis