La Chambre des représentants de l'Utah a adopté une mesure législative afin de protéger les droits des homosexuels, transsexuels, bisexuels et lesbiennes contre la discrimination qu'ils pourraient subir en lien avec leur orientation sexuelle. Le vote s'est déroulé le 11 mars dernier et le gouverneur, Gary Herbert, doit le ratifier. La loi prévoit des exemptions pour certains groupes afin de préserver la liberté religieuse de ces derniers.

Elle viendra modifier la législation quant à l'accès au logement en y incluant l'orientation sexuelle. Ainsi, les gens ne pourront plus être sortis de leur loyer en raison du sexe de leur conjoint, ou conjointe.

Publicité
Publicité

Cependant, tout n'est pas gagné pour les homosexuels car les exemptions prévoient que les entreprises de moins de 15 personnes, les organisations religieuses et leurs affiliés, les propriétaires qui ont quatre propriétés ou moins pourront se déroger à la loi. Dès lors, les gays travaillant pour une PME seront-ils exposés davantage à la discrimination que ceux travaillant pour une multinationale? C'est une question qui semble pertinente.

Une liberté des opinions religieuses ou sexuelles

Maintenant, avec la loi SB 296, les travailleurs pourront exprimer leur point de vue en faveur ou non du mariage gay sans avoir peur d'être renvoyés. Ils auront la possibilité de se positionner en faveur ou contre l'église mormone sans craindre les foudres de leur employeur. La liberté d'expression si précieuse aux Américains ne semble pas être encore réelle partout aux États-Unis.

Publicité

Pour que les groupes de défense des droits homosexuels et les lobbyistes de l'église mormone, dont l'Utah est le fief, s'entendent sur une loi, cela tient presque du miracle. Le président de l'Utah Pride Center, qui défend les groupes LGBT, espère que ce sera plus difficile pour les commerçants de refuser de servir un homosexuel avec cette loi.

Il n'en reste pas moins que l'Utah laisse plusieurs possibilités aux petits entrepreneurs pour continuer sur le chemin de la discrimination. C'est une avancée pour les homosexuels, mais ce n'est en rien la fin de la lutte pour leurs droits dans cet État. #Etats-Unis