Ce lundi, un jugement de la Cour suprême des États-Unis a été rendu en faveur de l'Université Notre-Dame pour lui permettre de pas prendre à sa charge la contraception de ses employés. Le nouveau système d'assurance-maladie mis en place par #Barack Obama oblige les entreprises à offrir la contraception dans leur régime collectif. L'université, qui est catholique, a gagné en Cour le droit de ne pas le faire en raison du conflit avec ses valeurs fondamentales chrétiennes. Un argument légitime, mais est-il valide réellement?

La religion versus les obligations civiles

Bien que la Cour suprême ait donné raison à l'université située dans l'État du Massachusetts, il semble que tous les employeurs devraient être tenus aux mêmes obligations dans une société de droit égalitaire. Ce jugement permettra aux futurs employeurs ayant des vues religieuses de se soustraire à l'obligation de supporter la contraception. Si un professeur enseigne à Notre-Dame, sa femme peut-elle prendre la pilule contraceptive? Il me semble que ce débat est terminé depuis longtemps.

Le fait que l'Église soit contre ce concept, cela la rend-elle moins apte à suivre les règles dictées par la société? La loi sur l'assurance-maladie de Barack Obama rendait l'intégration de la contraception obligatoire pour tous les employeurs dans le régime d'assurance proposé aux employés. Maintenant, les employés d'institutions religieuses feront quoi? Il devront payer de leur poche parce que leur employeur croit qu'il ne devrait pas le faire. C'est loufoque!

La Cour suprême insiste sur la liberté de religion

L'an dernier, la compagnie Hobby Lobby avait gagné son point pour les mêmes motifs en Cour suprême. Cinq des neuf juges avaient décidé que les employeurs avaient le même droit à la liberté de religion que les employés. Soit! Mais, cela ne les empêche pas d'avoir des obligations civiles. Ce sont deux choses différentes! Car, en soustrayant l'obligation d'inclure la contraception au sein des régimes d'assurance-maladie, la Cour suprême permet aux entreprises religieuses de forcer à la procréation jusqu'à un certain point si les employés ne peuvent se les payer.

La loi sur l'assurance-maladie créée par Barack Obama verra-t-elle sa fin en juin prochain avec les recours effectués contre elle? Le temps le dira, mais il est évident que les États-Unis ne semblent pas prêts à transformer leurs pratiques entrepreneuriales en prenant le modèle canadien en exemple où la religion n'influence pas les obligations civiles. #Etats-Unis