Ils étaient des centaines réunis à Madison dans l'État du Wisconsin pour manifester suite à la mort d'un jeune Noir de 19 ans, vendredi soir. Ce dernier a été abattu le 6 mars dernier par un policier de la ville. Avec les 50 ans de l'événement de Selma en toile de fond, il n'en fallait pas plus pour que les défenseurs de la cause des droits des Noirs aux États-Unis sortent sur la place publique.

Selon les autorités locales, le jeune homme, Tony Robinson, s'en est pris à la police locale sous la rotonde du parlement local. Les manifestants s'y sont rassemblés pour y exprimer leur désaccord vis-à-vis de la force excessive utilisée.

L'ambiance dans la capitale de l'État du Wisconsin a été très tendue et agitée a cours des derniers jours. Une affiche indiquait dans la coupole du parlement « la vie des Noirs compte » et des étudiants sont sortis dans les rues criant des slogans comme « C'est à cela que ressemble la démocratie », d'après les informations de la presse locale.

La famille du défunt a insisté sur le fait de manifester dans le calme et la paix. L'oncle de Tony Robinson, Turin Carter, a déclaré : « les policiers sont une nécessité pour la société et que l'état d'esprit des manifestations doit changer. Ce n'est pas un problème unique aux Noirs, c'est un problème universel. Toutes les vies comptent ».

Les représentants de l'ordre de la ville de Madison ont présenté leurs condoléances à la famille Robinson et ont demandé aux manifestants d'attendre les résultats de l'enquête ouverte par la municipalité.

Selon les informations de la police, Tony Robinson a agressé un policier qui serait entré dans le domicile du jeune homme pour venir l'interroger suite à des soupçons d'avoir battu une personne. Tony Robinson aurait sauté sur le policier qui a tiré. Cette situation désolante survient quelques jours après la divulgation d'un rapport accablant sur le #Racisme présent dans la ville de Ferguson au Missouri. Il reste à voir si cette situation à Madison sera le prochain Ferguson des États-Unis. #Etats-Unis