Le procès de Djokhar Tsarnaev qui a débuté le 4 mars dernier pour les attentats du marathon de Boston est passé à une nouvelle étape aujourd'hui. Après avoir entendu 92 témoins, le procureur a terminé sa démonstration et la parole est à la défense. Le jeune homme de 21 ans d'origine tchéchène est l'auteur des attentats les plus importants aux États-Unis depuis le tristement célèbre 11 septembre 2011. Son geste a coûté la vie à trois personnes et en a blessé 264 autres.

Le dernier témoin à être interrogé était un médecin légiste, Henry Nields. Ce dernier a donné un compte-rendu des blessures sur le corps des victimes.

Publicité
Publicité

Au cours de la description, le témoin n'a pas fait dans la dentelle. Il a raconté avec des détails très précis les horreurs des blessures. Des larmes ont été versées par des membres du jury qui devrait éviter de tomber dans l'émotion. Henry Nields a décrit, entre autres, comment le jeune garçon de huit ans a perdu son ventre suite à l'explosion.

En plus des nombreux témoignages, de nombreux éléments de preuve ont été amenés devant la cour pour démontrer l'implication de Djokhar Tsarnaev. Devant le grand nombre de preuves, la défense ne veut pas nier l'implication du jeune homme au cours des prochains jours. Elle veut démontrer qu'il n'était pas le maître d'œuvre. Ce sera une distinction importante au moment de rendre la sentence.

C'est la faute de mon frère

Le jeune homme espère pouvoir démontrer qu'il a agi sous l'influence de son frère Tamerlan Tsarnaev.

Publicité

Cela réduit le niveau de responsabilité du jeune homme. Il y a tout de même beaucoup de documents qui démontrent la présence de l'accusé sur le site de l'explosion et à proximité des victimes. Son frère est mort suite à une fusillade avec la police trois jours après les attentats du marathon.

Depuis le début de son procès, le jeune accusé est de glace. Parfois tête baissée, parfois échangeant avec son avocate, Judy Clarke, il ne semble pas avoir d'émotions. Les membres du jury auront la tâche d'évaluer le niveau de responsabilité du jeune homme pour établir sa peine. #Justice #Loi #Etats-Unis