David-Manuel Santos Da Silva, Montréalais de 33 ans, est accusé par la justice américaine d'avoir pris part au plus important vol de courriels et d'adresses personnelles de l'histoire. Il aurait été l'un de trois membres qui ont volé plus d'un milliard de courriels à des entreprises de marketing aux États-Unis.

Un piratage historique

La procureure générale adjointe, Leslie Caldwell, a qualifié cette action de "plus importante atteinte à la protection des données personnelles de toute l'histoire". Le Montréalais et ses deux complices sont aussi accusés de blanchiment d'argent puisqu'ils auraient profité des ventes générées par les courriels volés. 

En effet, les pourriels renvoyaient les gens vers de sites de vente d'objets technologiques ou de logiciels.

Publicité
Publicité

Ce stratagème leur aurait rapporté environ deux millions de dollars en commissions .Viet Quoc Nguyen, l'un des complices est toujours en fuite alors que le deuxième, Giang Hoang Vu a plaidé coupable la semaine dernière à une accusation de fraude. 

Da Silva aux mains de la justice américaine 

Selon les informations de la justice américaine, Da Silva utilisait son entreprise montréalaise, 21 Celsius, avec laquelle il gérait le site Marketbay. Il y faisait la promotion des activités de piratage de son associé Viet Quoc Nguyen. Il utilisait ce site comme plate-forme pour ce dernier.

Le Montréalais a été mis en accusation par un Grand jury mercredi dernier et a été arrêté à Fort Lauderdale en Floride. Le dossier est important en raison de la quantité phénoménale d'informations subtilisées.

Publicité

En plus de voler des centaines de millions d'adresses de courriel, les pirates ont réussi à détourner le système informatique des entreprises de marketing pour expédier leurs pourriels. Ainsi, David-Manuel Santos Da Silva sera jugé en Géorgie où les serveurs informatiques se trouvent.

Les trois pirates auront réussi à toucher environ 0,01$ maximum par courriel volé. Sur un total de un milliard, cela fait beaucoup d'argent. Le tour de force des trois associés leur coûtera probablement quelques temps en prison. #Etats-Unis