La tension politique est plus que présente actuellement en Guinée, à quelques mois de l'élection présidentielle qui se tiendra au mois d'octobre prochain. Les dirigeants des partis de l'opposition, trois anciens Premiers ministres, ont signé une déclaration commune, en début de semaine à Paris, dans laquelle ils refusent le calendrier électoral et la légitimité du président Alpha Condé. Ils appellent également la population à manifester dans la rue pour protester contre le pouvoir en place. « Mais il ne s'agit pas d'un appel à la violence », précise Sidya Touré, le président de l'UFR, ancien candidat à la présidentielle. « Nous faisons en sorte que la démocratie soit respectée dans le pays. Mais depuis cinq ans que le régime est en place, il n'y a toujours pas eu d'élections communales. Elles devaient avoir lieu en 2011 et il a fallu deux années et soixante morts pour que des législatives se déroulent en 2013 », poursuit Sidya Touré, pour justifier le refus des partis de l'opposition à accepter le calendrier électoral.

Pas encore de candidature unique de l'opposition

Ce que pointe donc ce membre de l'opposition, c'est le blocage des processus électoraux dans le pays. « Tout est bloqué par la Présidence de la République et nous souhaitons une possibilité d'alternance. Tout ce qui se met en place tend à faire croire que le pays va vers le déclin ». Il ne se contente donc pas de la présidentielle qui aura lieu au mois d'octobre prochain. « Ce sont les élections à la base qui sont essentielles. Celles qui devaient se tenir en 2011 et qui ont été remplacées par des délégations spéciales du parti au pouvoir qui vont pouvoir manipuler les présidentielles ». La solution n'est-elle pas de proposer un candidat commun dans l'opposition ? « Nous n'y sommes pas encore arrivés mais nous y travaillons et j'espère que la raison l'emportera », précise l'ancien candidat. Visiblement très déterminé à ce qu'Alpha Condé ne puisse pas continuer à diriger le pays. « Regardez encore ce qu'il se passe avec Ebola. En Guinée, il y a encore eu 49 morts la semaine passée alors que des pays comme le Liberia et la Sierra Leone s'en sortent », pointe-t-il du doigt. « Nous voulons des élections transparentes et j'espère qu'Alpha Condé ne pourra pas renouveler son mandat à la fin de cette année », conclut Sidya Touré. #Afrique