A 160 kilomètres au nord de Baghdad, dans la ville de Tikrit, contrôlée par #Etat Islamique depuis juin 2014, les forces irakiennes poursuivent leurs opérations pour libérer la ville. 

« La bataille pourrait prendre fin dans trois jours » a affirmé Karim Al-Nourri, le porte-parole des unités de mobilisation populaire qui joue un rôle incontournable dans l'offensive lancée depuis deux semaines pour récupérer Tikrīt à laquelle collaboraient des milliers d'hommes issus de l'armée, de la police et de tribus.

« Le groupe terroriste a été encerclé de toutes parts » a rapporté ce dernier. Le lieutenant-colonel de police a signalé vendredi dernier que la moitié de la ville était aux mains des forces de sécurité irakiennes.

D'après l'armée irakienne, au moins 30 000 hommes participent à l'offensive. Le chef d'Etat-major des armées des Etats-Unis, Martin Dempsey a précisé qu'au moins 20 000 personnes étaient au front dans la ville.

Les membres de l'Etat islamique à Tikrit sont beaucoup moins nombreux, et complétement cernés, mais ils sont par ailleurs protégés par des francs-tireurs et des milliers de bombes installées par eux à travers la cité. Ce qui a ralenti un peu la progression des forces irakiennes gouvernementales qui cherchent également à minimiser leurs pertes dans la ville.

La situation géographique de Tikrit fait d'elle une ville stratégique. Sa reprise ouvrirait certainement la route en direction de Mossoul, un des bastions du groupe extrémiste et l'une des plus grandes villes d'Irak.

De son côté, Khaled Al-Obeidi, le ministre de la défense, qui était sur la ligne de front affirme que l'opération terrestre et aérienne est à 100% irakienne. Il ajoute que l'opération est importante pour établir un passage qui permettra aux forces irakiennes de la sécurité de se déplacer vers le sud de Mossoul.

Quant à l'agence centrale de renseignement américaine, elle estime que l'organisation terroriste de l'Etat islamique dispose d'au moins 20 000 combattants en Syrie et en Irak. Alors que les représentants de l'armée irakienne ont estimé qu'environ 150 soldats se battent aux côtés du groupe de l'Etat islamique à Tikrit.

De leur côté, les soldats du groupe extrémiste armé de l'Etat islamique agissent de façon décentralisée. #Terrorisme