Les dernières victoires stratégiques de l'armée du #Nigéria sur le groupe armé #Boko Haram permettent à ses dirigeants de croire à la fin de la terreur islamiste. Avec l'aide de pays alliés, le Nigéria espère libérer les villes de Abadam, Gwoza et Kalabaldi qui sont les trois sites toujours contrôlés par les terroristes.

Les autorités du pays mentionnaient que la ville de Bama a été reprise par l'armée ce lundi et que ce n'était qu'une question de temps pour que les trois dernières zones soient libérées. Les villes contrôlées par Boko Haram sont toutes dans l'État de Borno qui est sans l'un des plus touchés par les affrontements avec les islamistes depuis six ans.

Publicité
Publicité

Au cours de la fin de semaine dernière, deux États voisins, Adamawa et Yobe, ont été repris par les autorités. Il semble que le groupe Boko Haram soit en grande difficulté. L'importante offensive nigériane a permis de reprendre le contrôle de 36 villes depuis la fin du mois de janvier.

La charge menée par l'armée du Nigéria est soutenue par des troupes venues du Cameroun, du Tchad et du Niger, pays eux aussi très menacés à leurs frontières. L'opération militaire veut sécuriser le pays où des élections présidentielles et législatives seront tenues prochainement. Ces élections, qui devaient avoir lieu le 14 février dernier, ont été repoussées au 28 mars en raison de cette offensive.

Le porte-parole du gouvernement, Mike Omeri, dit: "Les hommes sont très présents sur le champ de bataille et travaillent dur. Nous sommes en train de préparer l'ultime assaut. Ce dernier a commencé par la reprise de Bama et continuera avec les trois dernières villes de la liste".

Publicité

Une promesse tenue

Le président du pays, Goodluck Jonathan, avait dit que "le Nigéria serait débarrassé de Boko Haram d'ici deux semaines" dans un entretien publié la semaine dernière. Cette promesse semble en voie d'être respectée par le dirigeant qui se présente pour sa réélection.

L'insurrection islamiste a fait plus de 13.000 morts et a forcé le déplacement de 1,5 million de personnes depuis 2009. #Terrorisme