L'Organisation des Nations unies a rendu public un rapport accablant pour #Israël. Au cours de la dernière année, les affrontements entre les Israéliens et les Palestiniens ont fait énormément de morts parmi les civils palestiniens. Depuis 1967, année de la guerre des Six Jours, le total n'avait jamais été aussi élevé. Cette quantité de décès s'expliquerait en partie par l'opération militaire israélienne en bordure de la bande de Gaza qui a été lancée au cours de l'été 2014.

L'opération « Bordure protectrice » a fait 1.500 victimes civiles tuées, 11.000 personnes blessées et a fait déplacer quelques 100.000 Palestiniens, selon les données révélées par l'Office des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires dans les territoires palestiniens occupés (OCHA).

Un déséquilibre des forces

L'Office des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires dans les territoires occupés n'a pu vérifier les chiffres fournis par les ONG palestiniennes et israéliennes. Ces derniers démontrent un net manque d'équilibre et la force abusive utilisée par Israël. Il y aurait 2.220 personnes mortes du côté des Palestiniens. De ce nombre, 550 enfants ont perdu la vie. De l'autre d'Israël, 73 civils sont décédés et ils étaient majoritairement des soldats en fonction.

Le Hamas aussi mis en cause

Amnesty International a indiqué qu'Israël n'avait pas tous les torts. L'organisation dénonce notamment les attaques menées par les groupes armés palestiniens, comme le Hamas. Ce dernier contrôle la bande de Gaza.

Amnesty International estime que ces groupes armés doivent mettre fin aux attaques contre les civils israéliens. L'ONG insiste sur le fait que cette indication n'excuse en rien la force abusive d'Israël. "Les forces armées israéliennes doivent respecter leurs obligations malgré les tirs de roquettes et d'obus de mortier", ont-ils indiqué.

La colonisation de certaines zones par Israël est très controversée et les Palestiniens ont l'intention d'y remédier devant la Cour pénale internationale le 1er avril prochain. Les civils morts au cours des derniers mois seraient, selon eux, des victimes de "crimes de guerre". #Palestine