Il n'y a pas une seule journée qui passe sans avoir des nouvelles de l'organisation radicalisée de l'#Etat Islamique. Dans un message posté sur Twitter et sur un blog, de prétendus membres du groupe terroriste de l'état islamique menacent le co-fondateur de Twitter Jack Dorsey et tous les employés de Twitter suite à la suppression de nombreux comptes appelant au Jihad de EI.

Contrairement à son ainé Al-Qaida, le groupe terroriste a su détourner les réseaux sociaux à leurs avantages, en faisant d'eux leur principale arme de propagande dans le monde. Dimanche dernier, les membres du mouvement Etat islamique appellaient au meurtre du co-fondateur de Twitter. Les autorités concernées ont rapidement réclamé l'aide des géants du Web pour faire taire les menaces et s'attaquer aux message de racisme, de haine, d'antisémitisme, et d'appel au Djihad notamment.

Messages d'incitation à la haine

Dans son message écrit en Arabe qui a été posté sur le Net, des partisans de l'EI déclarent : « votre guerre virtuelle contre nous va se convertir en véritable guerre contre vous, » en ajoutant : « c'est vous qui avez commencé la guerre, nous vous répétons depuis le début que ce n'est pas votre guerre, mais vous ne comprenez pas et vous continuez à fermer nos comptes mais nous réunissons toujours à revenir très rapidement. » Ils appellent aussi à viser la société Twitter et ses intérêt en tout lieu. Et pour bien illustrer ces menaces, une photo de Jack Dorsy a été utilisée avec une cible sur le visage. En contrepartie Twitter précise dans un communiqué : « Notre équipe de sécurité enquête sur la véracité et ces menaces avec les force de l'ordre concernées. »

Un mouvement proche du front Al-Nosra installé à Jérusalem indique : « la direction de twitter devrait savoir et être sure qu'ils n'arrêtent pas leur campagne dans le monde virtuel, nous ferons venir à eux la guerre dans le monde réel sur le terrain. »

Il faut rappeler que les attentats de Paris en janvier dernier ont donné un nouvel élan à la régulation d'Internet souhaitée par les autorités américaines et françaises afin de lutter contre le #Terrorisme et la censure de contenus illicites. Cette collaboration qui semble récolter ses fruits, puisque de nombreux comptes affiliés à l'EI et Boko Haram ont été supprimés ces deux dernières semaines. De leur coté, les autorités américaines ont ouvert une enquêtes suite aux menaces diffusées par l'Etat islamique.