La situation actuelle à Madagascar est très peu relayée par les médias alors qu'elle est dramatique. Selon les chiffres officiels, entre 200.000 et 350.000 personnes sur l'île souffrent de la faim et attendent les vivres distribuées par le Programme alimentaire mondial (PAM).

Des sécheresses qui affament la population 

En cause, la sécheresse qui a détruit toutes les plantations du pays. Les pluies diluviennes sont arrivées trop tard cette année pour sauver les récoltes. Les agriculteurs ont bien essayé d'agir, mais en vain. Leurs tentatives ont seulement limité la casse en stabilisant les réserves de grains à un niveau plus bas.

Le Programme alimentaire mondial lance un appel d'urgence à la communauté internationale. Car s''il réussit à subvenir aux besoins minimaux de 120.000 personnes, le reste de la population est en train de mourir à petit feu.

"Difficulté alimentaire aiguë": le dernier stade avant la famine 

Les autorités auraient enregistrés plusieurs cas d'enfants morts, épuisés par la faim. Fatima Sow Sidibe, représentante adjointe du PAM, insiste sur le fait qu'il est impossible d'attendre. « Des donateurs doivent envoyer quelque chose dès maintenant pour refaire les réserves. Il est impossible de le faire dans quelques semaines », explique-t-elle.

En ce moment, la situation n'est pas encore qualifiée de famine et Le Programme alimentaire mondial parle de « difficulté alimentaire aigüe ». Le responsable du centre de Santé d'Imongy, Marc Andriakotonindrina, a enregistré 12 enfants morts de faim en décembre. « Ils n'avaient pas de signes de maladie, ils ont perdu du poids petit à petit jusqu'en mourir », explique-t-il. Aujourd'hui, le chiffre s'élève à 16.

Les glissements de terrain liés aux inondations du mois de février dernier viennent aggraver une situation humanitaire déjà très inquiétante. C'est pourquoi les représentants du PAM appellent d'urgence l'aide internationale à agir avant que la situation ne se dégrade comme en 1991, année où Madagascar avait souffert de la famine. #Afrique