En Russie, le meurtre de Boris Nemtsov le 27 février dernier en plein centre de Moscou, juste en face du Kremlin, continue de déchaîner les passions. Dès le lendemain, les médias occidentaux imputaient cet assassinat directement aux «hommes» du président Poutine, dont feu Nemtsov était un des derniers réels opposants.

Pourtant, le journal « Kommersant », un des plus populaires en #Russie, déclare aujourd’hui avoir la preuve que cet assassinat odieux aurait été le fait d’«amateurs». S’appuyant sur les sources d’un informateur travaillant sur l’enquête, le journal annonce que, sur les six balles de 9mm qui ont tué Nemtsov, quatre auraient été fabriquées dans une usine de munitions de la ville de Iouriouzan’ dans l’Oural il y a… 29 ans ! Les deux autres proviendraient d’une usine similaire, mais cette fois basée dans la ville de Toula, à 200 km de Moscou. Elles auraient été fabriquées il y a 23 ans. Rien que ça ! Alors, propagande ?

Dans sa publication du 1er Mars 2015, le journal déclare :«Compte tenu des armes et de la méthode utilisées pour ce meurtre, de la provenance des munitions ainsi que d’autres circonstances , les experts sont enclins à croire que le crime est susceptible d'avoir été commis par des ‘non- professionnels’ , peut-être même trop ignorants pour savoir clairement qui était réellement leur cible».

Rappelons que Boris Nemtsov a été assassiné de plusieurs balles dans le dos par un tireur circulant dans une voiture, dans la nuit du 27 au 28 février 2015 en plein centre de Moscou, à quelques pas du Kremlin, alors qu'il se promenait avec sa compagne, Anna Douritskaya, une jeune mannequin de 23 ans d'origine ukrainienne. Selon certaines sources, la victime s’apprêtait à révéler des preuves de la présence de forces russes dans la partie est de l’Ukraine. A Moscou, ainsi que dans d’autres grandes villes russes, des milliers de manifestants s’étaient rendus à une marche en hommage à l’opposant. Sur l’immense banderole déployée en tête du cortège, on pouvait lire « les héros ne meurent jamais ». #Vladimir Poutine