Le gouvernement mexicain dirigé par Enrique Peña Nieto n'avait certainement pas vu venir l'ampleur qu'allait prendre le cas des 43 éléves de l'école normale d'Ayotzinapa dans la ville d'Iguala. La ténacité des parents de l'État de Guerrero est unique. Ils veulent faire la lumière sur la véritable histoire de leurs enfants. Depuis le drame, ils ont manifesté devant toutes les ressources nationales et internationales possibles et maintenant, ils iront aux États-Unis auprès de leur pairs expatriés.

« Les manifestations que nous tiendrons dans les villes de Los Angeles, Dallas, et Washington permettront de faire pression sur le gouvernement mexicain afin qu'il ne ferme pas le cas » espère Felipe de la Cruz, porte-parole des parents des 43 élèves, réellement déterminés à connaître la vérité.

Publicité
Publicité

Les organisateurs invitent les Mexicains expatriés aux États-Unis à boycotter les élections municipales qui seront tenues en juin au #Mexique. Ils veulent démontrer par ce boycott que la démocratie est illusoire dans l'État de Guerrero.

Après avoir voyagé en Suisse lors de l'audience du Mexique devant le Comité des disparitions forcées, les parents continuent d'interpeler la communauté internationale sur les problèmes profonds de certains États mexicains notamment sur la proximité entre le crime organisé et les politiciens qui y détruit la démocratie.

Les doutes sur la version officielle subsistent

En janvier dernier, le gouvernement avait partagé sa certitude sur la mort des 43 élèves. Cette version officielle est critiquée par les organismes de défense des droits humains comme Human Rights Watch et Amnesty International. Le gouvernement mexicain soutient qu'ils sont morts en raison des preuves circonstancielles en sa possession.

Publicité

Mais les experts ne peuvent identifier les corps. Les parents veulent des faits scientifiques et non des conjonctures.

Si le gouvernement de Mexico espérait voir ce problème s'estomper au fil des semaines, il s'est trompé. Les parents des victimes vont maintenant prendre Ayotzinapa et exporter son fantôme dans les rues américaines. La réputation du Mexique est mise en cause avec ces démonstrations. Qu'Enrique Peña Nieto se le tienne pour dit, le peuple n'oubliera pas Ayotzinapa.