Au Nigeria, on vit actuellement les derniers jours de la campagne présidentielle, pour rappel, reportée au samedi 28 mars prochain. Les raisons de ce report sont les tensions qui secouent le pays, notamment à cause des actes criminels perpétrés par la secte active dans le Nord du pays, Boko Haram. Le duel aura surtout lieu entre le président sortant Jonathan Goodluck et Muhammadu Buhari, un musulman du Nord. Mais d'autres candidats sont également engagés dans la course à l'élection. C'est le cas de Remi Sonaiya, seule femme dans la course au pouvoir. Cette ancienne professeure de français ne fait pas les choses comme les autres. Sa campagne, elle la mène avec de petits moyens et non avec de la publicité à la radio ou sur des panneaux placés sur la voie publique. Son combat, elle le mène dans la rue, au contact des citoyens. « Chaque fois que je me présente, on me dit que je dois amener de l'argent et on me demande où il est », explique-t-elle. « C'est énervant mais je comprends car c'est la réalité que les gens ont vécue dans le pays », poursuit Remi. Un pays qu'elle veut complètement transformer. « L'état des routes, les hôpitaux qui sont toujours en grève, l'éducation…Tout est à refaire ! C'est inacceptable qu'une grande partie des ressources soient utilisées par une petite minorité des gens ». Sans oublier l'emploi, la justice et la sécurité, les thèmes majeurs.

Le Kowa Party était contre le report des élections

Sa campagne, elle la mène dans la rue mais également sur internet, via les réseaux sociaux. Dans le pays, une campagne se chiffre en millions d'euros. Mais avec moins de 4200 adhérents, le Kowa Party, son parti, n'a pas les moyens de réaliser la même campagne que Jonathan Goodluck, par exemple. Avec le Kowa Party, celle qui vit avec son mari dans un campus universitaire, était contre le report de ces élections qui s'annoncent très serrées. Mais la candidate francophone a dû se plier aux règles du jeu et accepter une campagne rallongée de six semaines. Ses priorités sont en tout cas très claires et elle prônera la bonne gouvernance si elle est élue. Ce qui, c'est déjà une certitude, s'annonce d'ores et déjà très compliqué. Mais elle ne donnera aucune consigne de vote pour le second tour. Pour elle, chaque citoyen est libre de ses choix. #Élections #Nigéria