Dans la nuit de lundi à mardi, les membres du Parlement péruvien ont voté une motion de censure de la première ministre Ana Jara. Ce vote a fait tomber le #Gouvernement dans sa totalité. Des députés, des journalistes, et des membres de la communauté des affaires auraient été espionnés par les services d'information du pays. C'est ce qui explique le vote du Parlement la nuit dernière.

Politiquement, le #Pérou est assez stable au niveau de ses dirigeants politiques. Ce renversement de gouvernement est le premier en 47 ans. Pour trouver le dernier événement similaire, il faut remonter jusqu'en 1968.

Le président, Ollanta Humala, devra changer son premier ministre pour la septième fois.

Publicité
Publicité

Il est au pouvoir depuis quatre ans. La motion de censure qui provoque le renvoi de la première ministre a passé avec plus des deux tiers des voix. Les députés semblent avoir réagi fortement au fait d'avoir été espionnés. Le choix d'Ollanta Humala devra être effectué avec doigté par le président car le Parlement doit donner son accord. Dans la situation actuelle, où le président péruvien n'a pas la majorité du Parlement, il devra faire des concessions pour obtenir l'accord des députés.

Ana Jara paie pour les autres

Selon plusieurs observateurs, la première ministre paie pour les erreurs commises par ses prédécesseurs. Elle n'a pas ordonné les actes d'espionnage. Cependant, comme l'explique un des opposants d'Ana Jara, Javier Bedoya, « en politique, il faut assumer ses responsabilités et elle est la personne à blâmer en ce moment comme elle est la première ministre ».

Publicité

Ana Jara n'a peut-être pas donné les ordres pour espionner tous ces politiciens et citoyens de bonnes familles. Beaucoup pensent qu'en tant que première ministre, elle devait avoir connaissance de ce type de dossiers. Si elle n'a pas interdit les gestes, c'est donc qu'elle les approuvait. C'est ce qui explique son renvoi.

Alors, si le Parlement n'approuve pas le choix du président, le Pérou pourrait se retrouver en élections législatives très bientôt. #Amérique latine