Une fois encore l'armée des #Philippines tente de venir à bout du groupe Abou Sayyaf dans son repaire de l'archipel des Sulu à l'extrême-sud de l'île de Mindanao, aux Philippines. L'enjeu supplémentaire est la libération de deux otages, toujours supposés être aux mains du groupe. L'un d'eux serait européen, l'autre Malaisien.

La situation dans les Sulus

Les combats font rage depuis six jours dans les îles des Sulu. Ce vendredi, le 1er Scout Rangers Regiment, un commando philippin, a attaqué un groupe en mouvement commandé par l'un des chefs d'Abou Sayyaf, Radulan Sahiron.

Les militaires pensent que Radulon Sahiron aurait pu être tué dans cet accrochage, mais des investigations sont nécessaires pour confirmer cette information.

Publicité
Publicité

Rappelons que sa tête est mise à prix à 5 millions de dollars par le FBI, celui-ci le tenant pour responsable de crimes commis dans le passé sur des citoyens américains.

Dans ces engagements, 25 hommes d'Abou Sayyaf ont été tués et 27 autres blessés. Deux soldats Philippins sont morts et 25 ont été blessés. Les commandos de marines sont entrainés par des formateurs de l'US Army ; ils utilisent de l'artillerie et des appuis aériens, conjuguant les attaques terrestres à celles maritimes. Plusieurs embarcations du groupe ont été détruites pour éviter la fuite sur d'autres îles.

Le Lieutenant-colonel Harold Cabunoc des forces armées philippines indiquait : « Les terroristes doivent commencer à avoir des problèmes d'approvisionnement en munitions, malgré la réception d'un renfort commandé par Furuji Indama ».

L'armée s'occupe des civils

Parallèlement à l'action combattante, un groupe de l'armée protège les populations civiles, pauvres et déshéritées de cette région. Ce groupe doit travailler avec le gouvernement local et les organisations non gouvernementales présentes. C'est l'un des objectifs du gouvernement de venir en aide à la population civile trop longtemps laissée à l'abandon et sous la coupe des terroristes.

Qui est Abou Sayyaf ?

Le groupe Abou Sayyaf est reconnu comme « terroriste » par les États-Unis, le Canada, l'Australie et le Royaume-Uni.

Publicité

Il faisait partie à l'origine du Moro Islamic Liberation Front (MILF). Après sa séparation avec celui-ci en 1991, il a reçu des fonds de Ben Laden et du Jemaah Islamigah (mouvement terroriste islamique Indonésien). En aout 2014 il fait allégeance à l'État Islamique.

C'est le plus petit mouvement terroriste islamique des Philippines, mais pas le moins dangereux. Il entretient un climat de terreur par de nombreux attentats à la bombe. Il n'hésite pas à se déplacer loin de ses bases pour commettre ses méfaits. L'armée estime que le groupe comprend actuellement près de 300 combattants. #Etat Islamique #Terrorisme