Plus que quelques jours avant de savoir qui sera le nouveau président du Nigeria. La question que tout le monde se pose est de savoir si le catholique Jonathan Goodluck pourra renouveler son mandat. Elu en 2010, son inaction face au groupe islamiste Boko Haram suscite le mécontentement de la population qui pourrait donc se tourner vers Muhammadu Buhari. Qui se présentera pour la quatrième fois comme candidat à la présidentielle. A 72 ans, cet ancien général musulman du Nord du pays base toute sa campagne sur la lutte contre la corruption. « La corruption est devenue une culture au Nigeria. Mais le jour où nous prêterons serment, toutes les personnes qui ont abusé de notre confiance devront rendre des comptes », explique-t-il.

Publicité
Publicité

C'est la deuxième fois qu'il sera opposé à Jonathan Goodluck.

Les frontières fermées jusque samedi

Mais si l'un et l'autre ont leur ligne directrice dans la campagne, Buhari, tout comme Goodluck, précise bien qu'il veut éradiquer le groupe Boko Haram, responsable de milliers de morts dans le pays, principalement dans le Nord. Mais attention, l'étiquette des deux candidats ne signifie pas que tous les musulmans vont voter Buhari et tous les catholiques Goodluck. Car ces derniers en ont également marre de la corruption qui gangrène le Nigeria, même si rappelons-le, il s'agit de la première économie du continent. Geste fort, des promesses de campagne ont déjà été faites. Goodluck assurant qu'il prendrait un vice-président musulman et Buhari un catholique.

Publicité

Preuve d'un signe d'ouverture dont le pays a grandement besoin pour sortir de la terreur infligée par la secte.

La campagne est particulièrement virulente et des mesures ont été prises par le gouvernement pour éviter tous débordements. Ainsi, les frontières maritimes aussi bien que les terrestres seront fermées jusque samedi soir, après le scrutin. Boko Haram a déjà promis de mener des actions ce samedi. Mais outre la crainte de ces comportements, la réaction de Muhammadu Buhari, en cas de défaite, sera capitale. Car en 2011, après son échec, des affrontements avaient eu lieu dans le Nord du pays entraînant la mort de plusieurs milliers de personnes. Une chose est cependant déjà certaine. Sur les quatorze candidats engagés, le duel se résumera à une lutte entre ces deux protagonistes qui se retrouveront pour la deuxième fois. #Nigéria