Le groupe anti-musulman Pégida préparait une manifestation à Montréal. Les membres désiraient mentionner aux musulmans du Québec que s'ils ne changeaient pas, ils devraient retournernt dans leur pays d'origine. Cependant, le groupe n'a jamais pu exprimer son message. La population montréalaise ne l'a pas permis. Le tout s'est transformé en une marche pour la solidarité et la dénonciation de l'islamophobie le 28 mars dernier.

Il y avait de nombreux policiers dépêchés sur les lieux de la manifestation anti-#Islam. Celle-ci n'a jamais débuté. À 16h40, les manifestants étaient dispersés. À l'inverse, des participants de plusieurs origines ethniques, de groupes communautaires divers sont sortis spontanément pour affirmer leur volonté de ne pas associer les musulmans vivant à Montréal aux groupes islamistes. « La stigmatisation ne se produira pas au Québec », pouvait-on entendre.

Le fondateur de Pégida-Québec, Jean-François Asgard, avait donné une entrevue au Toronto Star. Il y faisait des menaces aux musulmans. « Soit ils changent, soit ils rentrent chez eux », disait-il. Cette déclaration a été dénoncée par tous au Québec et au #Canada.

Une société ouverte et rassembleuse

Le Québec a démontré sa volonté d'être inclusive et une terre d'accueil pour tous. La religion n'est pas une raison pour être rejeté. La société de droit n'admet pas ces comportements. Le député du lieu où la manifestation anti-musulmane était prévue, Alexandre Boulerice, a fortement critiqué ces démonstrations. « Ce sont des comportements à caractère raciste qui détruisent la tolérance », disait-il.

Les groupes ayant des visions racistes semblent ne pas réussir à déstabiliser la vision d'un Québec uni et fort. Les communautés culturelles ont le droit de pratiquer leur religion. Le représentant de la Ville de Montréal a applaudi le rassemblement spontané qui a répondu non au racisme. « La stigmatisation des musulmans n'est absolument pas justifiée », affirmait Réal Ménard.

Ainsi, Pegida-Québec a donné un coup d'épée dans l'eau et a plutôt permis au Québec de dire au monde que la province est unie dans l'adversité tout en respectant les croyances de chacun.