Le 18 mars dernier, le musée du Bardo, situé à Tunis, était victime d'une attaque terroriste ayant fait 21 morts. Une attaque revendiquée par le groupe djihadiste Etat islamique. Six jours plus tard, le musée devait rouvrir ses portes au public. Cependant, cette réouverture a été reportée pour "des raisons de sécurité".

C'est Mofdi Mssedi, chargé de communication du Premier ministre tunisien, qui a annoncé à l'AFP (l'Agence France Presse) que le musée n'était toujours pas en mesure de recevoir des visiteurs et que des travaux étaient encore à réaliser. Cependant, les portes devraient être à nouveau ouvertes dans les plus brefs délais...

Rappelons que l'attaque de la semaine dernière avait été menée par deux hommes armés de kalachnikovs. Ils ont été abattus dans le musée par les forces de l'ordre. L'incursion de ces deux terroristes avait soulevé des questions quant aux mesures sécuritaires. Suite à l'enquête, il est ressorti qu'il y avait eu des lacunes dans la sécurité du musée. Les chefs de la police de Tunis et de la sécurité du Bardo ont été licenciés par le Premier ministre tunisien Habib Essid. Le musée étant situé dans la même enceinte que le Parlement, il aurait dû bénéficier d'une protection particulière.

La cérémonie officielle est maintenue

La personne chargée de la communication du Bardo, Hanène Srarfi, a déclaré: "Nous avons été surpris à la dernière minute mais, pour des raisons de sécurité, on ne peut pas recevoir un grand nombre de visiteurs selon le ministère de l'Intérieur".

Si le musée ne rouvrira pas ses portes aujourd'hui, la cérémonie pour rendre hommage aux 21 victimes de l'attentat de la semaine dernière a bien lieu. Une cérémonie réservée uniquement aux quelques invités officiels ainsi qu'aux médias, en présence de l'Orchestre symphonique tunisien.

Dans la matinée, une manifestation organisée par des internautes a également eu lieu. Une centaine de personnes étaient présentes accompagnées de quelques touristes venus en pensant visiter le musée. "Je veux que les touristes viennent, il faut que nous venions pour donner l'exemple", a déclaré une manifestante, Najet Nouri, à l'AFP.

À l'instar de la marche organisée en France à l'occasion des attentats de Charlie Hebdo en janvier dernier, le gouvernement tunisien souhaiterait préparer une marche dimanche prochain et recevoir la visite de responsables étrangers. #Terrorisme