Depuis quelques semaines, les relations diplomatiques tendues entre le #Venezuela et les États-Unis se sont intensifiées d'un cran. Le président Nicolas Maduro a insinué que les Américains tramaient un coup d'État contre son régime. Ce à quoi les Américains ont répondu par de possibles sanctions contre ce pays d'Amérique latine en pleine crise. Hier, ces relations difficiles ont atteint un nouveau sommet lorsque le Venezuela a rendu un visa obligatoire pour tous les Américains entrant sur son territoire.

Dans le prolongement de ce nouveau visa obligatoire, le président Maduro a également ordonné aux Américains de diminuer le personnel diplomatique en poste à Caracas. Pour tenter de retrouver des relations harmonieuses avec les États-Unis, le président prend le mauvais chemin. Historiquement, les menaces n'ont jamais fonctionné.

Dans un discours tenu devant des sympathisants, Nicolas Maduro a insisté sur le fait que « les Américains accusés de terrorisme ne pourront entrer au Venezuela, dont l'ex-président George W. Bush ». Il a notamment dit que « l'ensemble des dirigeants politiques qui ont violé les droits de l'homme en bombardant la Syrie, l'Irak ou l'Afghanistan ne pourront plus entrer au Venezuela ». Il semble que cela inclut tous les présidents, vice-présidents et secrétaires d'État au cours de 20 dernières années.

Nicolas Maduro entre là sur un terrain glissant car le client le plus important du Venezuela quant à l'achat du pétrole pourra bientôt se tourner vers le Canada pour cette ressource.

Le peuple voit le danger

Ainsi, si le Venezuela est en pleine crise économique et que Nicolas Maduro ne se rend pas compte des dommages collatéraux qu'il pourrait causer, son peuple lui le sait. Ils sont sortis par milliers dans les rues de Caracas pour manifester contre la répression dont la population est victime. Ils étaient nombreux ) descendre dans les rues, "armés" de leurs casseroles pour demander un retour à la normale.

Le président Maduro, qui profite d'un revenu bien élevé, ne vit pas la réalité du quotidien des gens. Il semble qu'il devrait être plus conscient des temps difficiles de son pays et arrêter de vouloir jouer du coude avec les États-Unis. Car ce n'est pas Dieu qui le sauvera ! #Barack Obama #Etats-Unis