Un nouveau chapitre dans la confrontation entre les États-Unis et le #Venezuela débute. Le président du pays latino-américain a maintenant la bénédiction de l'Assemblée Nationale pour lutter contre « l'impérialisme américain. ». Avec le décret voté à mains levées, Nicolas Maduro pourra désormais gouverner sans restriction jusqu'à la fin de 2015 en matière de défense et de sécurité nationale.

Les débats ont duré un peu plus de deux heures. Ce sujet qui semble être une question de sécurité nationale a paradoxalement été voté à mains levées. Les députés ayant des visions opposées à leur leader pouvaient difficilement le contredire.

Publicité
Publicité

Pour Nicolas Maduro, l'ingérence des Américains dans les affaires du Venezuela est une « aberration historique. » Avec les pouvoirs qu'il possède maintenant, il est dans la position légitime de faire tout ce qu'il juge nécessaire afin de lutter contre les États-Unis.

Un président en croisade

Après avoir eu l'appui de l'Union des Nations Sud-Américaines (Unasur) au cours de la fin de semaine, Nicolas Maduro semble déterminé à faire reculer les États-Unis et leurs sanctions. Il ne s'attaque pas seulement au pays, il lance des accusations personnelles au président Obama. « Vous n'avez pas le droit de déclarer que le Venezuela menace la sécurité des États-Unis. La menace pour les Américains, c'est vous, » a-t-il déclaré en faisant référence directement à Barack Obama. Les sanctions prises par les Américains avaient pour origine des violations des droits humains par le Venezuela.

Une mesure qui n'a pas fait ses preuves

En 2013, Nicolas Maduro avait déjà demandé des pouvoirs de ce type lors de la crise économique.

Publicité

Il disait alors que c'était le seul moyen pour lui de sortir le pays des difficultés auxquelles il faisait face. Les résultats, un pays encore plus profondément en crise et un président qui a remis à Dieu l'avenir de son pays...

Le successeur d'Hugo Chavez enregistre une baisse importante de popularité et a besoin de réaffirmer son pouvoir. Il n'obtiendrait que 20% des votes si une élection avait lieu aujourd'hui selon les sondages locaux. Pour plusieurs analystes, ce vote, qui était gagné d'avance, est simplement une façon de durcir ses positions. #Etats-Unis #Amérique latine