Mercredi 25 mars a été lancée l'intervention militaire au #Yémen, menée par son grand voisin, l'Arabie Saoudite, et une dizaine d'autres pays arabes. Ils agissent contre les houthistes qui ont pris le contrôle de plusieurs grandes villes, dont la capitale Sanaa, et menaçaient très sérieusement Aden, la grande métropole du sud, où s'était réfugié le président Abd Rabbo Mansour Hadi, qui est arrivé dans la capitale saoudienne jeudi 26 mars.

Les pays qui forment cette coalition arabe sont l'Arabie Saoudite, le Qatar, le Koweit, Bahreïn, l'Egypte, le Soudan, la Jordanie, le Maroc, les Emirats arabes unis et le Pakistan. Ils participent donc à l'opération militaire appelée "Tempête de fermeté", qui vise à chasser les Houthis qui essayent de prendre le pouvoir au Yémen.

Publicité
Publicité

En septembre 2014, la capitale Sanaa est tombée aux mains des Houthis. L'Arabie Saoudite s'est trouvée contrainte à frapper fort, au vu notamment de sa longue frontière partagée avec le Yémen. Dans la nuit de mercredi, la monarchie a mobilisé 150.000 militaires et 10 avions de combat ont pilonné des cibles pour tenter d'arrêter l'avancée des milices chiites. Les Emirats arabes unis ont, de leur côté, engagé 30 avions de combat. Koweït et Bahreïn ont mis à disposition 15 appareils chacun. Et enfin, le Qatar a envoyé 10 avions.

À Sanaa, les frappes ont visé plus spécialement une base aérienne ainsi que le palais présidentiel. Un conseiller saoudien a déclaré: "l'aviation saoudienne a quasiment sécurisé l'espace aérien yéménite".

L'ambassadeur saoudien aux Etats-Unis a expliqué que l'opération militaire a pour objectif de défendre le gouvernement légitime du Yémen et d'empêcher le mouvement radical des Houthis de prendre le contrôle du pays.

Publicité

Donc, pour cela, il faut rétablir la stabilité.

Les premières missions de cette coalition ont eu pour but de traiter des objectifs qui se situaient dans la ville de Sanaa, avec particulièrement la destruction des défenses aériennes des Houthistes.

Cette opération qui est pour le moment cantonnée à des frappes aériennes met en œuvre une centaine d'avions de chasse des pays qui tiennent la défense.

De leur côté, les Etats-Unis fournissent un soutien en logistique, et en renseignement. Ils entendent se coordonner étroitement avec l'Arabie Saoudite et les autres alliés dans le cadre de cette intervention, condamnant ainsi l'action des rebelles houthis.

Le ministre iranien des Affaires étrangères a déploré "cette opération militaire qui ne va que compliquer la situation, étaler la crise de plus en plus, et aussi aider à la propagation du #Terrorisme et de l'extrémisme avec une augmentation de l'insécurité à travers le pays".