Le Parti conservateur du #Canada représente les opinions politiques des gens les plus à droite au Canada. Mais, pour certains, il semble que les positions ne soient pas encore assez à droite. Un député de la Colombie-Britannique, James Lunney, a décidé de le quitter parce qu'il sent ses croyances religieuses bafouées. Le député ne croit pas en la théorie de l'évolution, mais en la création du monde en sept jours. Pour lui, le fait de ne pas reconnaître cette position est un manque important à ses libertés individuelles.

Dans une déclaration remise aux médias, le député qui siègera à titre d'indépendant (député qui n'est pas rattaché à un parti politique), a expliqué qu'il ne voulait pas mettre ses anciens collègues dans une situation problématique.

Publicité
Publicité

Il accuse les médias et les institutions politiques de « tenter de supprimer une vision chrétienne du monde en politique comme dans les professions libérales ». L'homme qui croit que la Terre a été créée en sept jours devrait, dans ce cas, accepter l'insertion des lois islamiques dans la Constitution canadienne. Si un chrétien veut que sa vision soit prise en considération dans des éléments de droit, il devra accepter que les juifs, les musulmans, les hindous voient leurs visions du monde considérées également.

Liberté de religion, le fondement de la démocratie

C'est ce qu'affirme le député dans la conclusion de sa lettre. « La liberté de religion est la base de la démocratie; si nous n'avons pas ce droit, cela mène toujours à la persécution ». Dans ce cas, il doit être conséquent et affirmer ces revendications pour toutes les religions.

Publicité

Dans le cas contraire, il persécute lui-même les autres. Ainsi, dans un état de droit comme le Canada ou la France, il n'est pas possible de laisser des croyances dicter les lois qui régissent nos sociétés. Le député James Lunney aurait dû savoir cela avant de se présenter aux élections.

Personne ne juge sa vision du monde, les députés canadiens n'ont simplement pas le luxe de baser leurs décisions sur ces croyances. Il existe, au Canada, des députés musulmans, d'origine indienne, juive...mais tous ont compris que le droit commun est ce qui prime dans une institution multiculturelle comme le Parlement.