Le groupe terroriste fait tout pour faire parler de lui. Après l'attentat-suicide survenu en Afghanistan, le groupe a diffusé des enregistrements de deux exécutions de masse sur les réseaux sociaux. Le premier "peloton" a été tué en se faisant littéralement égorger et le deuxième avec des tirs d'armes à feu à bout portant. Ces exécutions ont été dirigées vers des chrétiens.

Dans son message posté sur les réseaux sociaux, l'État islamique mentionne que ces exécutions sont effectuées contre les "fidèles de l'église éthiopienne ennemie". L'enregistrement est d'une durée de 29 minutes et présente en détails la mort de ces 28 personnes.

Publicité
Publicité

Le hommes du premier groupe (12 personnes) sont visiblement tués sur une plage et tout porte à croire que ce massacre a lieu sur les terres libyennes. Le deuxième groupe (16 personnes) est situé dans un environnement désertique impossible à identifier.

La vidéo porte le logo de l'État islamique et la mise en scène est similaire à celle des 21 chrétiens tués il y a peu de temps en Égypte. Les hommes sont forcés à marcher en direction de la plage, à s'y coucher face vers le sol et les bourreaux les égorgent avec des armes blanches. Un seul homme parle, celui vêtu en noir, qui peut être identifié comme étant "en charge" et les autres sont habillés d'uniformes militaires. L'homme en habits noirs profère des menaces aux chrétiens qui ne veulent pas se convertir à l'islam pratiqué par l'État islamique.

Publicité

Une première exécution avec des ressortissants éthiopiens

C'est une première dans l'histoire de l'État islamique. Jamais auparavant des ressortissants de l'Éthiopie n'avaient été tués lors d'une exécution publiée sur les réseaux sociaux. Ce pays est à majorité chrétienne. Les deux tiers du pays suivent le culte catholique. Beaucoup de personnes ont quitté l'Éthiopie vers la Libye afin de trouver du travail ou pour essayer de rejoindre l'Europe dans les embarcations de fortune qui vont vers l'Italie. Cette situation pourrait expliquer la présence des Éthiopiens sur la vidéo. #Afrique #Etat Islamique