L'Organisation des Nations-Unies a publié un rapport jeudi dernier inquiétant pour les nations occidentales. Plus de 25.000 étrangers sont arrivés en #Syrie, en Irak ou en Libye pour combattre au sein de l'État islamique. Ils seraient originaires d'une centaine de pays différents selon les informations communiquées. Les groupes djihadistes gagnent en popularité. Ces combattants viendraient en grande partie de Russie, de France, du Maroc et de la Tunisie.

Plusieurs de ces étrangers proviennent des régions subsahariennes de l'Afrique, mais il semble que des Finlandais, des personnes des Maldives et de Trinité-et-Tobago s'ajoutent aux membres de l'État islamique ou d'Al-Quaïda.

Publicité
Publicité

Dans le rapport, les experts écrivent que « le flux d'étrangers est le plus haut jamais remarqué ». Les observateurs voient le problème se concentrer en Syrie et en Irak, mais la Libye semble attirer plusieurs combattants. Les groupes islamistes y gagnent du terrain.

La présence des étrangers au sein de ces groupes armés est « un problème de sécurité mondiale », selon le rapport. Ces personnes reviennent souvent dans leur pays d'origine avec l'intention d'y faire des actes de #Terrorisme.

Une hausse de 75% en moins d'un an

Depuis mars dernier, l'augmentation des étrangers dans les rangs de l'État islamique est forte. Plus de 75% d'augmentation. Les techniques de recrutement des réseaux djihadistes semblent efficaces. Du moins, elles donnent des résultats. La hausse vient surtout de l'Europe et de l'Asie.

Publicité

Les quatre pays les plus touchés par ces départs inquiétants sont la France, la Russie, la Tunisie et le Maroc.

La Syrie: une école pour apprendre à manipuler les armes

Dans le rapport, on peut lire que la Syrie et l'Irak sont devenus de véritables écoles pour apprendre à utiliser les armes automatiques et les manipuler. Cette situation permet aux étrangers de revenir avec ces connaissances et agir dans leur pays respectif. D'ailleurs, la France et la Tunisie ont été durement touchées par les attentats en 2015. Selon plusieurs experts, la solution passe par la prévention pour éviter que les jeunes se laissent convaincre par les recruteurs sur Internet. #Etat Islamique