Ce jeudi 16 avril, à l'occasion de la journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de la Shoah, une action judiciaire contre la #SNCF a été engagée, auprès du tribunal de Chicago, par des descendants de personnes qui ont péri dans les camps de la mort nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Complice du génocide »

La SNCF est accusée de « complicité » dans le génocide des Juifs. Les plaignants demandent réparation « pour la confiscation et la vente d'objets personnels », ainsi que pour la facturation par les chemins de fer français de billets de train de troisième classe à l'occupant nazi, alors que les déportés voyageaient dans des conditions particulièrement inhumaines, debout et entassés dans des wagons à bestiaux.

Certains d'entre eux, les plus faibles et les plus âgés, décédaient pendant le voyage, long et éprouvant. Ils étaient privés d'eau et de nourriture.

La plainte mentionne que « la SNCF a commis, a conspiré aidé et encouragé d'autres à commettre des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité » et que la société ferroviaire française « a été complice du génocide. »

Parmi les plaignants, il y a une Américaine dont les grands-parents ont été acheminés au camp d'Auschwitz (Pologne), où ils sont morts en novembre 1942, et deux Français dont plusieurs membres de leur famille ont été déportés vers le même camp. Aucun d'entre eux n'a survécu à la barbarie nazie.

Un des instruments de la déportation

En France, entre 1942 et 1944, plus de 76 000 Juifs ont été déportés vers les camps de concentration et d'extermination nazis, avec la complicité du gouvernement de Vichy et des pouvoirs publics de l'époque. Plus de 80% des Juifs déportés de France ont été arrêtés par la police française. Très peu d'entre eux ont survécu.

Ce n'est pas la première fois que le rôle de la SNCF dans la déportation des Juifs pendant l'Occupation allemande est pointée du doigt. La société ferroviaire déjà fait l'objet de plusieurs poursuites judiciaires. Elle a été l'un des instruments de la déportation.

En décembre 2014, la France s'est engagée à verser 60 millions de dollars aux victimes juives américaines de la Shoah transportées par les trains de la SNCF vers les camps de la mort. #Etats-Unis