Après 30 ans passés derrière les barreaux et dans le couloir de la mort, Anthony Ray Hinton a réussi un tour de force. Il a été reconnu innocent des deux meurtres pour lesquels il était détenu depuis trois décennies dans l'État de l'Alabama. Il devrait être libéré en fin de journée (le 3 avril) ont annoncé ses avocats.

L'organisation Equal Justice Intiative a annoncé la décision de Laura Petro, la juge  du district du comté de Jefferson d'abandonner toutes les accusations. Anthony Ray Hinton est l'un des prisonniers innocentés qui a passé le plus de temps dans le couloir de la mort aux États-Unis.

Des accusations qui remontent à 1985

À l'époque, Anthony Ray Hinton, qui est de race noire, avait été "identifié" par le patron d'un restaurant blessé par balle lors d'une attaque. Ce témoin avait laissé croire qu'il était l'auteur d'un double-meurtre qui s'était déroulé auparavant dans la région de Birmingham.

Lors de son accusation, le suspect avait toujours clamé son innocence. Plusieurs témoins avaient confirmé sa version. Le jeune homme a toujours dit qu'il travaillait dans un entrepôt a 25 km de distance de l'endroit où les meurtres étaient survenus. De plus, il avait réussi le test du détecteur de mensonge.

Des accusations aux allures « racistes »

Selon le groupe Equal Justice Initiative, le procureur de l'époque, connu pour ses visions racistes, avait basé son argument sur la présence d'une arme, découverte chez la mère du jeune homme par des experts de l'État, qui aurait servi lors des assassinats. Par manque de fonds, Anthony Ray Hinton n'avait pu se défendre correctement et, en conséquence, avait été condamné à mort.

Une longue bataille qui prend fin

Le groupe de défense Equal Justice Initiative a pris le cas d'Anthony Ray Hinton en mains 1999. Depuis 16 ans, les avocats travaillent à démontrer la preuve insuffisante pour condamner l'homme. En 2002, un ex-policier du Federal Bureau of Investigation avait témoigné démontrant que les balles ne pouvaient provenir de l'arme trouvée chez la mère de l'accusé. En 2014, la Cour suprême avait annulé la condamnation et ordonné un nouveau procès en raison des injustices subies.

Aujourd'hui, 30 ans plus tard, Anthony Ray Hinton retrouve ses proches dans la dignité. Le directeur d'Equal Justice Intitiative a indiqué que « nous devons voir ce cas comme une école de l'injustice car il avait été condamné en raison de sa couleur de peau, sa pauvreté et son manque de ressources ». #Etats-Unis #Racisme