Les islamistes somaliens Shebab ont mené une attaque sur l'université Garissa au Kenya. Ils ont tué 147 personnes et 79 autres sont blessées. Ce n'est qu'un bilan provisoire. Les autorités s'attendent à communiquer un nombre de victimes plus important puisqu'une opération est toujours en cours. L'attaque a débuté ce jeudi matin et 500 étudiants ont été secourus jusqu'à maintenant.

Les autorités n'ont pas confirmé si ces 500 élèves étaient ceux pris en otage ou s'ils avaient simplement eu la chance de se cacher pour éviter d'être enlevé par les Shebab. Le ministre de l'Intérieur du Kenya a indiqué que « 90% de la menace terroriste avait été éliminée ». Il y aurait quatre assaillants morts jusqu'ici. Personne ne peut quantifier le nombre de terroristes présents au moment de l'attaque. Ainsi, il est difficile de quantifier la menace restante. « Il est fort possible que des terroristes soient toujours à l'intérieur avec des otages », explique-t-il.

Selon plusieurs témoins, les Shebab sont entrés sur le campus en tuant deux gardes et ont fait feu au hasard dans la foule de l'université. Ils ont pris la direction des résidences où plusieurs centaines d'élèves vivent pendant leurs études pour les prendre en otage.

"Nos hommes se battent contre les opposants des Shebab"

C'est la phrase utilisée par Cheikh Ali Mohamud Rage pour désigner les assauts faits par ses hommes. « Ils ont pour mission de tuer tous ceux qui ne sont pas en accord avec les Shebab » dit-il, indiquant que les musulmans fréquentant l'université n'ont pas été touchés par ses hommes.

La Croix-Rouge est dans la confusion

Le personnel de la Croix-Rouge a indiqué ne pas savoir le nombre d'otages qui sont détenus par les Shebab. « Le ministre de l'Intérieur a seulement dit que 280 des 815 élèves s'étaient rapportés et les 60 employés, du reste nous n'avons pas la moindre idée de la quantité de personnes en danger en ce moment », ont indiqué les responsables de l'organisation humanitaire.

C'est donc dans un chaos important que les informations sortent, au compte-gouttes. Les autorités tentent de rétablir l'ordre et d'identifier les otages. Ce groupe a fait plusieurs attentats à travers le Kenya durant les quatre dernières années. Plusieurs indices laissaient croire à une attaque, selon certaines sources, mais rien de cette ampleur. #Afrique #Terrorisme