Un tremblement de terre de magnitude 7.9 s'est produit ce 25 avril au Népal, à quelques dizaine de kilomètres de Katmandou. Celui-ci affiche déjà de nombreuses victimes, puisque les autorités parlent de plus de 800 morts, et ce n'est qu'un bilan provisoire. De plus, de nombreux édifices se sont effondrés, faisant également des dégâts humains.

L'épicentre du séisme se trouve à un peu moins de 80 km de la ville de Katmandou, y compris la ville touristique de Dharhara. Dans cette dernière se trouvait une tour historique d'une cinquantaine de mètres, construite au XIXème siècle, qui ne devait pas résister au tremblement de terre. Ce séisme devrait être particulièrement dévastateur, vu la pauvreté de la région et de l'architecture des habitations, ainsi que de la présence des temples hindous construits en bois.

Second séisme en importance après celui de 1934

La région fut de tout temps secouée, mais le record de magnitude a été atteint en 1934, avec une force de 8.3 sur l'échelle de Richter, ce qui devait entraîner la mort de 8.500 personnes, toujours dans la capitale népalaise. Depuis, les constructions se sont quelque peu adaptées, mais elles sont encore très loin de pouvoir donner la sécurité que requiert la situation.

Pour décrire la force des secousses, les témoins racontent qu'elles ont été ressenties pendant de longues minutes. Au Nord de l'Inde, principalement à New Delhi, mais aussi au Pakistan, ces secousses ont également été perçues. La situation évolue sans cesse, tant au niveau du nombre de morts que du bilan général. Tout est détruit, et rien que pour la vallée de Katmandou, on signale près de 500 morts.

Pourtant cela était prévisible et attendu

La région est une zone très active, et la plupart des spécialistes savaient qu'il se passerait quelque chose à court terme. Donc, tout laissait penser qu'un séisme se produirait, mais malheureusement, on ne peut prédire avec certitude le moment exact. La première vague de secousses étant passée, le danger vient maintenant des répliques, qui feront elles aussi de nombreux dégâts. En effet, les constructions sont déjà fragilisées, et toute nouvelle secousse devrait les ébranler définitivement, avec le risque de tuer d'autres personnes.

L'aide internationale doit démarrer au plus vite

Les responsables népalais demandent expressément à la communauté internationale, de prendre des mesures afin de venir au plus vite en aide à la population. L'Inde est le premier pays a envoyer du matériel et des médicaments, mais pour l'heure ce sont les habitants eux-même qui s'emploient à secourir les personnes bloquées sous les décombres. Problème supplémentaire pour les autorités, l'aéroport de Katmandou est impraticable, les pistes ont souffert du séisme. La France se dit prête à participer, à la demande des autorités népalaises, au secours. #Asie