Le Nigeria est en train de vivre un moment historique avec une transition démocratique et la victoire de Muhammadu Buhari aux élections présidentielles. La quatrième fois est la bonne pour ce musulman du Nord, âgé de 72 ans, et qui a été à la tête de la junte militaire dans le pays entre 1983 et 1985. Il aura basé sa campagne sur deux thèmes majeurs qui tiennent fort à cœur des habitants du pays : la lutte contre le groupe islamiste Boko Haram et celle contre la corruption. Tout le monde se réjouit que, pour le moment, la démocratie triomphe dans ce pays d'Afrique. C'est le cas de Christopher Fomunyoh, directeur du National Democratic Institute, une ONG basée à Washington qui a supervisé le scrutin et qui soutient les processus démocratiques depuis trois décennies. « C'est historique ! », lance d'emblée le directeur. « C'est la première fois dans l'histoire de ce pays qu'un président en exercice, battu lors des élections présidentielles, appelle son rival pour le féliciter avant même que les résultats soient officiels », indique-t-il. « Les Nigérians sont aussi à féliciter. Ils ont beaucoup retenu les leçons des violences post-électorales de janvier 2011. Il faut dire que beaucoup d'initiatives avaient été prises depuis le mois de janvier », se réjouit encore Christopher Fomunyoh. « Notamment par les deux candidats ».

Beaucoup de pays d'Afrique vont s'en inspirer

Pour le moment, aucune violence n'est présente dans le pays suite à ce changement de président. Précisons-le bien, pour le moment. « Avec l'acceptation de la défaite par le président en exercice, il faut avouer que les chances de violence post-électorales sont réduites. Je ne pense pas que le pays va connaître la même chose qu'en 2011 », explique encore Christopher Fomunyoh. Cette transition pourrait inspirer beaucoup d'autres pays d'Afrique. C'est en tout cas ce que pense le directeur de l'ONG. « C'est un message très fort que les Nigérians adressent aux Nigérians mais aussi à l'ensemble des Africains. Si l'alternance est présente au Nigeria, les autres peuvent se dire : pourquoi pas chez nous ? C'est le pays le plus peuplé d'Afrique et sil l'alternance se passe ici, beaucoup de pays vont s'en inspirer, surtout vu l'histoire assez mitigée du Nigeria par rapport à la bonne gouvernance ».

http://fr.blastingnews.com/international/2015/03/presidentielles-au-nigeria-muhammadu-buhari-le-plus-grand-rival-de-jonathan-goodluck-00324285.html

http://fr.blastingnews.com/international/2015/03/nigeria-remi-sonaiya-seule-femme-candidate-a-l-election-presidentielle-00318877.html #Nigéria