L'Organisation des Nations-Unies a publié, à 24 heures de l'anniversaire de l'enlèvement des 219 jeunes femmes au Nigéria, un rapport accablant sur les abus sexuels perpétrés par les groupes armés islamistes. Le rapport indique que les viols commis en Syrie (sous l'emprise du groupe État islamique) et au Nigéria (sous l'emprise de #Boko Haram) sont nettement en hausse.

Dans le rapport on peut lire que « ces groupes armés utilisent des techniques de terreur » pour rendre les populations civiles plus fragiles. La responsable du service pour les violences sexuelles effectuées sur les #Femmes dans les conflits armés, Zainab Bangura, a indiqué que « Boko Haram, État islamique, le Front al-Nasra, et les shebabs somaliens sont sur une liste noire de groupes islamistes ». Elle a mentionné que « ces derniers font usage de tactiques de la peur auprès des femmes avec des abus physiques, les forcent à diverses formes d'esclavage, aux mariages forcés et les abusent psychologiquement ». Les pays où ces pratiques sont les plus répandues sont le Mali, la Somalie, l'Irak, la Syrie et le Nigeria.

L'idéologie de la peur

Les pratiques utilisées par ces groupes sont celles de la peur. Les groupes yézidies sont les plus visés. Les groupes islamistes font régner, chez les femmes et chez les petites filles, la crainte d'être attaquée à tout moment. Des assauts sur des mineures aussi jeunes que huit ans ont été enregistrés. « La violence sexuelle fait partie de la tactique des groupes terroristes qui travaillent à répandre un sentiment de crainte dans les groupes minoritaires », a expliqué Zainab Bangura. Parmi les incitatifs utilisés par les groupes armés pour recruter des soldats, la promesse de se voir donner une femme est constamment utilisée selon l'ONU. Dans le rapport, il est inscrit que « seulement en 2014, 1500 femmes auraient été réduites à l'esclavage sexuelle pour répondre aux promesses des recruteurs ».

Les mariages forcés en hausse en Syrie

Parmi les points soulignés dans le rapport, les responsables indiquent que : « les mariages forcés sont en hausse en Syrie ». Ils ont lieu avec des combattants étrangers venus combattre au profit de l'État islamique. Les femmes se voient imposer leur mari et doivent se soumettre aux envies sexuelles de ce dernier quand il le veut et où il le veut. Le rapport souligne que « le modus operandi de Boko Haram implique la vente des jeunes filles et des femmes ».

Le 14 avril dernier, 219 jeunes filles avaient été enlevées par Boko Haram. Ce rapport démontre l'urgence de les libérer de cet enfer. #Etat Islamique