Violation du secret d’affaires, violation du secret professionnel, accès frauduleux à un système de données… tels sont quelques des accusations adressées à l’encontre du journaliste français Edouard Perrin par le parquet du Luxembourg.

Dans son reportage Paradis fiscaux : les secrets des grandes entreprises, réalisé pour le magazine Cash Investigation de France 2, Perrin révélait comment de grandes sociétés conservaient une partie de leurs bénéfices dans des pays où la fiscalité leur évitait d’être (trop) taxé. Bien que légaux, les accords fiscaux qu’il décrivait étaient protégés par le secret professionnel. Car ces opérations bancaires privaient de sommes considérables les pays où ces entreprises de tailles étaient installées.

Les informations réunies pour réaliser ce reportage lui avaient été fournies par Antoine Detour, auditeur français du cabinet américain PricewaterhouseCoopers (Pwc). Suite au reportage de France 2, le cabinet avait déposé une plainte au nom de Detour et d’un ancien employé. La mise en examen du journaliste français est la troisième action en justice que le cabinet d’audit intente à l’encontre des lanceurs d’alerte.

Le consortium ICIJ et le LuxLeaks

En novembre 2014, International Consortium for Investigative Journalism (ICIJ) publie sur son site de nombreux documents complémentaires venant soutenir les révélations de Cash Investigation. En coopération avec de nombreux journaux mondialement réputés comme le Guardian, l’Asahi Shimbun, Le Monde ou encore le Süddeutsche Zeitung, le consortium divulgue plusieurs noms très importants et expose le fonctionnement complexe de ces « tax ruling ».

Si ces révélations ont fait scandale durant quelques semaines, elles sont rapidement retombées dans l’oubli. Elles reviennent aujourd’hui dans l’actualité par l’intermédiaire de l’effet Streisand suscité par la décision du parquet du Luxembourg.

Réactions des organisations de journalistes

« Plutôt que de se réformer, le Luxembourg (paradis fiscal) inculpe le #LuxLeaks , » a tweeté Marina Walker, la directrice-adjointe du ICIJ. 

« Ces méthodes sont indignes d’un pays comme le Luxembourg. Le droit à l’information, pilier de la démocratie, doit primer dans un tel cas”, a déclaré Lucie Morillon, directrice des programmes de Reporters sans frontières.

Ricardo Gutiérrez, le secrétaire général de la Fédération Européenne des Journalistes (FEJ), a fermement condamné cette décision juridique : «les poursuites à l’encontre d’Edouard Perrin relèvent de la pure intimidation. Les autorités judiciaires grand-ducales entendent manifestement dissuader la presse de révéler les pratiques d’évasion fiscale qui ont cours au Luxembourg.»

Avant de rappeler que la FEJ, d’autres associations de journalistes et le Conseil de l’Europe ont mis en place une Plateforme pour renforcer la protection du #Journalisme et la sécurité des journalistes.

Au milieu de ce jeu d’interdépendances, comment réagira Jean-Claude Juncker, actuel président de la Commission Européenne et ancien premier ministre du Grand-Duché du Luxembourg (entre 1995 et 2013) ?

#Finances