Les négociateurs des différents pays, réunis autour de la table, ont trouvé des solutions au problème. Le blitz des négociations, qui durent depuis plusieurs jours à Lausanne, en Suisse, a fini par porter ses fruits. Javad Zarif, du clan iranien, a écrit sur Tweeter que « le temps était venu de rédiger l'ébauche finale de l'accord ». Les tergiversations à ce sujet prendront fin, les rumeurs deviendront réalité et tout le monde dansera au même rythme. Cet accord avec Téhéran devrait rendre la vie politique beaucoup plus facile dans le Moyen-Orient en général.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a déclaré qu' « une entente était établie sur les points-clés de l'accord ».

Publicité
Publicité

Les négociateurs représentant l'#Union Européenne ont indiqué aux journalistes présents à Lausanne de se rendre dans un centre de conférence. Les hommes politiques semblent avoir de bonnes nouvelles à communiquer.

Durant plus de 96 heures, les informations sortaient au compte-goutte. Les Iraniens se refusant à tout commentaire et les diplomates occidentaux se gardant bien de dévoiler leur jeu, les journalistes ne pouvaient prédire l'issue des négociations.

Une entente importante pour Barack Obama

Javad Zarif et le secrétaire d'État américain John Kerry ont passé la nuit à la table. Pour le président Barack Obama, cette reprise des relations avec Téhéran est d'une importance capitale et l'accord sur le nucléaire en était la pierre angulaire. C'est un leg important que laissera l'administration Obama.

Publicité

Le chef d'État américain a démontré l'importance de cet accord en ne se présentant pas au discours de Benyamin Nétanyahou au Congrès américain en mars dernier.

Laurent Fabius voit la ligne d'arrivée

Le représentant de la France dans ces négociations avait communiqué la veille que « les négociations en étaient à leurs derniers mètres, que la ligne d'arrivée était visible ». Cet optimisme de Laurent Fabius avait tout de même été ponctué d'une mise en garde. « Nous savons tous cependant que les dernières sections sont les plus difficiles », avait-il dit hier soir.

Il semble que les dirigeants des grandes puissances du monde auront réussi à mettre les intérêts de la planète avant ceux de leurs pays respectifs et que cette dernière section est franchie. #Energie nucléaire #Etats-Unis