Le président péruvien, Ollanta Humala, avait la lourde tâche de choisir un septième premier ministre pour remplacer Ana Jara. Elle a été destituée de son poste lundi dernier. Une motion de censure contre la première ministre lui a coûté son poste. Des hommes politiques et des journalistes avaient été espionnés par les services de renseignement du pays. Pedro Cateriano, qui était ministre de la Défense, est le nouvel homme de confiance du président qui l'a nommé le 3 avril.

La cérémonie d'assermentation a été courte et simple. Les Péruviens ont pu la suivre sur les ondes de la chaîne de télévision nationale. Plusieurs croyaient à un changement important des postes-clés au sein du cabinet. Mais, un grand nombre de ministres ont survécu au scandale d'espionnage. Par exemple, les responsables des ministères de l'Intérieur et de l'Économie ont gardé leur poste. Mais, certains sont tombés avec Ana Jara. Par exemple, le ministre des Affaires extérieures, Gonzalo Gutiérrez, a perdu son poste au profit de l'ambassadrice du #Pérou en France.

Le choix d'Ollanta Humala n'a certainement pas été une mince affaire puisqu'il ne possède pas la majorité du parlement. Il a jeté son dévolu sur un député en poste depuis 2012. Le Congrès doit accepter le choix d'Ollanta Humala. Si les élus décident qu'ils ne sont pas d'accord avec leur président, ce dernier devra déclencher des élections législatives.

Une situation difficile pour le président péruvien

Pour l'instant, le président ne veut pas d'élections. Les intentions de vote dans les sondages sont à moins de 25% en sa faveur. Le dernier scandale lié à l'espionnage, surnommé « Dinileaks », lui a fait mal.

Ainsi, le choix de Pedro Cateriano, qui est une figure forte de l'opposition dans le parlement péruvien, risque d'être approuvé par ses opposants. Ce dernier est membre des mouvements de centre-gauche formés par les deux formations politiques. Son choix est probablement un compromis pour acheter du temps et se présenter devant les électeurs avec plus d'appuis dans un an. #Amérique latine