Le Moyen-Orient est sérieusement touché par les conflits armés. Qu'ils soient civils, terroristes ou entre deux ou plusieurs pays, c'est l'une des régions du monde avec le plus de combats. Cette situation regrettable a des répercussions: les dommages collatéraux sont en effet importants. Le Fonds des Nations Unies pour l'#Enfance a émis un rapport alarmant sur l'accès à l'éducation malgré les progrès enregistrés.

Les enfants non-scolarisés ont énormément moins de chance de pouvoir réussir leur vie professionnelle. Et dans les pays où la pauvreté est élevée, cela devient une tâche véritablement impossible. Ce sont 12 millions d'enfants condamnés avant même qu'ils ne débutent leur vie adulte.

Publicité
Publicité

Le rapport n'inclut pas les enfants de Syrie et d'#Irak forcés à quitter l'école en raison des conflits armés. Les responsables indiquent que si ces enfants étaient inclus, les chiffres deviendraient encore plus importants, en atteignant les 15 millions.

Un souffle d'espoir

Dans l'étude présentée par l'Unesco et l'Unicef, certains signent positifs sont notés. Il est vrai que la quantité d'enfants non-scolarisés est immense, mais dans plusieurs pays, la quantité a diminué de moitié. "Des ressources importantes ont été mises à la disposition des populations du Moyen-Orient. Dans plusieurs pays, le nombres d'enfants est a chuté, et bien souvent, de moitié, comparé à il y a 10 ans", peut-on lire.

Le souffle d'espoir s'arrête là. Bien que la diminution se soit fait sentir il y a dix ans, le rapport indique que les pays n'ont pas soutenu leurs tentatives dernièrement.

Publicité

"La baisse du taux de non-scolarisation demeure identique depuis quelques années. La diminution ne continue pas", est-il mentionné.

Le rapport répartit les enfants qui ne reçoivent pas une éducation en trois catégories. D'abord les enfants qui ne vont pas à la maternelle, dont le nombre s'élève à 5,1 millions. Ensuite, ceux qui ne fréquentent pas l'école primaire, à savoir quelques 4,3 millions de jeunes. Finalement, ceux qui ne vont pas au collège, ce qui correspond sont 2,9 millions de personnes. C'est 15% de tous les enfants qui vivent au Moyen-Orient.

Encore une fois, les raisons principales pour le manque d'éducation sont liées à la pauvreté. Plusieurs familles décident d'envoyer les enfants dans les champs pour travailler afin de réussir à payer les factures. C'est un discours qui se répète. L'éducation gratuite devrait être universelle, mais ce n'est pas le cas partout. De plus, l'accès aux écoles est difficile et dans certains pays, les conflits armés restreignent l'accès à l'éducation comme c'est le cas en Syrie et en Irak. #Syrie