La #Russie est redevenue la bête noire des occidentaux depuis l'histoire de la Crimée et l'action des séparatistes ukrainiens.

Une partie non négligeable des responsables occidentaux n'est pas loin de penser que Poutine ressemble à  Hitler, ce qui est bien sûr très exagéré. Mais néanmoins dans les pays baltes, l'heure est à la mobilisation : en Lettonie on recrute de 2000 à 7000 militaires, en Lituanie on rétablit le service militaire obligatoire, la Suède quant à elle envoie 150 soldats sur l'Île de Gotland, démilitarisée depuis 2005.Cette même Suède accuse la Russie de violer son espace aérien et ses eaux territoriales.

Si Moscou est resté neutre lors de l'intervention des occidentaux en Libye, les Russes constatent que la chute de Kadhafi a plongé le pays dans le chaos.

Publicité
Publicité

C'est pourquoi la Russie refuse de sacrifier Bachar Al Assad soulignant à juste titre selon elle, que sa chute livrerait le pays aux milices de l'État Islamique.

Comment embêter la Russie ?

En utilisant l'arme économique notamment, celle du prix du pétrole pour faire vaciller l'économie russe et accessoirement celle de l'Iran ou du Venezuela.

En favorisant le développement de l'OTAN vers l'est, notamment en organisant des exercices en Europe centrale et orientale pour dissuader la Russie de toute tentative d'agression.

L'objectif était à terme de faire perdre à la Russie sa puissance sur la scène internationale surtout face à un voisin comme la Chine.

Poutine est arrivé !

En 2000 il a refusé tout net ce rapport de forces. Ancien du KGB, il est le dirigeant qui convient le mieux à la Russie ; il a su sortir le pays du chaos des années 1990, il a redressé de façon spectaculaire l'économie et réaffirmé haut et fort que la Russie est une grande puissance.

Publicité

Il considère que la Russie est un rempart contre l'Occident athée et décadent et favorise donc les bonnes vieilles traditions, ce qui accentue sa popularité.

On peut s'interroger sur l'efficacité des sanctions économiques ; en tout cas elles n'ont pas ébranlé la détermination des Russes. L'interdiction faite aux entreprises occidentales de commercer avec certains groupes russes les a poussés à chercher d'autres débouchés en Asie, en Amérique du Sud, voire en Afrique : drôle de pied de nez aux Américains et leurs alliés.

Comment résoudre le conflit ukrainien ?

Rappelons que l'#Ukraine appartenait à l'Union Soviétique...

Les frontières tracées après l'explosion de l'URSS en 1991 sont artificielles, elles ont été dessinées alors que la Russie était incapable de faire valoir ses droits, ce qui exacerbe l'hostilité des Russes à l'égard de l'Occident. Selon certains diplomates, il faudra peut être envisager des échanges de territoires ou des déplacements de population... En attendant, il y aura vraisemblablement des provocations et des manoeuvres délibérées, notamment en Mer Baltique.

Publicité

Un petit récapitulatif des griefs en présence :

Ce que les Russes reprochent aux occidentaux :

- L'élargissement de l'OTAN vers l'est,

- Une stratégie d'encerclement,

- Une attitude de « vainqueurs ». Car après la chute du mur de Berlin le point de vue russe n'a jamais été pris en compte,

- L'intervention en Libye et le chaos qui s'en est suivi,

- Le soutien aux forces antirusses en Ukraine.

Ce que les occidentaux ne pardonnent pas aux Russes :

- L'usage du droit de veto à l'ONU : nombre de décisions qui faisaient l'unanimité ont été bloquées par un veto russe (9 au total),

- Les interventions militaires : Tchétchénie, Géorgie, Ukraine...

- Non respect des droits de l'homme : répression de l'homosexualité, arrestations arbitraires, meurtres (Nemtsov),

- L'utilisation de gaz comme moyen de pression,

- La catastrophe du vol MH 17 : 298 morts. #Syrie