La présence de soldats de l'ONU en RDC va fortement diminuer dans les prochains mois. Si la MONUSCO a confirmé son intention de rester dans le pays et combattre les rebelles rwandais hutus aux côtés de l'armée congolaise, elle le fera avec moins d'hommes. Elle vient de l'annoncer alors qu'elle a été prolongée d'un an. Comme départ, on notera celui de 300 casques bleus pakistanais du Sud-Kivu, d'un contingent égyptien de Kisangani, dans le Nord-est du pays et encore celui de 850 soldats bangladais de l'Ituri, une région encore instable. Tous ces hommes devraient quitter les lieux dans les trois prochains mois, alors que le pays ne vit pas encore dans la stabilité.

Publicité
Publicité

C'est donc un fameux chantier, aussi bien pour la MONUSCO que pour la RDC.

Un plafond de 20 000 hommes

Le patron de la MONUSCO, Martin Kobler, précise bien que ces soldats pourraient revenir si la situation ne s'améliore pas et exige un retour des forces onusiennes. « Ce que l'on fait, c'est d'essayer de réduire et de les tester. Est-ce que la situation sécuritaire permet de réduire ou est-ce que ça a un effet négatif sur la population ? », s'interroge Martin Kobler. « Si l'on voit que ça ne marche pas, on peut rappeler les troupes dans les limites du plafond imposé par le Conseil de Sécurité de l'ONU ». Ce plafond est en fait de 20 000 hommes. La prudence est donc de mise. Et ce retrait ne semble absolument pas définitif.

En attendant, l'ONU réclame des progrès considérables sur le terrain.

Publicité

Car les combats contre les rebelles hutus rwandais du FDLR sont loin d'être gagnés. Elle promet qu'elle travaillera conjointement avec l'armée de RDC. Mais Kinshasa et la MONUSCO vont devoir trouver un terrain d'entente car une tension a réellement été perceptible ces derniers temps. En cause, la volonté de l'ONU de suspendre deux généraux congolais accusés d'avoir violé les droits de l'homme. L'ONU ne réclamerait plus cette suspension et apporterait son soutien aux forces armées congolaises. Pour l'ONU, c'est clair, elle ne retirera toutes ses troupes que lorsque la République démocratique du Congo connaîtra une paix stable et durable. Ce qui ne semble visiblement pas encore pour tout de suite. #Afrique