La ville de Tikrit a donc été reprise à l'Etat-Islamique, mercredi par les forces de sécurités irakiennes, largement aidées par des milices chiites pro-iraniennes et les frappes de la coalition internationale. L'heure est donc à l'analyse de la situation. Comme on pouvait le craindre, cela ne se passe pas bien et après les méfaits de Daesh, Tikrit doit faire face aux méfaits de ses "libérateurs".

Les milices Chiites

Il était prévisible qu'en lâchant les miliciens chiites dans la ville, il y aurait des problèmes en tous genres. Les cadres de ces milices ne pouvant pas ou ne voulant pas tenir leurs troupes. Déjà ils n'ont pas fait de prisonniers ou ceux qui l'ont été sont morts rapidement, par principe de précaution. Il vaut mieux les tuer tout de suite sinon un jour ils seront encore en face de nous, expliquent des combattants dans le feu de l'action.  

Beaucoup de maisons ont été taguée par différentes milices pour bien prouver qu'ils étaient là. Des centaines de maisons ont été incendiées, des commerces pillés et incendiés. "Notre cité a été brulée sous nos yeux" a déclaré Ahmed al Kraim à la tête du conseil provincial Salahuddin, "Nous ne pouvons pas contrôler ce qui se passe", précisait les forces gouvernementales. Des plans pour la conquête de la ville avaient bien été élaborés, mais aucun pour la conduite à tenir après la reconquête.

Les forces de sécurité

Sous les yeux de deux correspondants Reuters, deux policiers fédéraux qui escortaient un combattant de Daesh, l'ont froidement égorgé pour venger un colonel de la police fédérale qui avait été tué au début des opérations contre l'EI à Tikrit. Un autre policier qui avait vu la scène, a tenté de les arrêter disant que ce n'était pas une bonne image à donner devant la presse internationale. Il n'a pas été écouté et les autres ont fini par attacher le cadavre avec un câble derrière un pick up et l'ont trainé dans les rues de la ville.

Pillages en série

De nombreux véhicules ont été vus quittant la ville chargés de réfrigérateurs, de climatisations, d'ordinateurs et de meubles. Un tout jeune milicien paradait sur un vélo rouge tout neuf disant : "J'ai toujours rêvé d'en avoir un comme cela "

Restaurer la confiance

La tâche du gouvernement Chiite Irakien à Tikrit va être ardu. Il lui est absolument nécessaire de redonner confiance aux Sunnites de la ville. Un fait est quasi certain au sujet de la prise de la ville par Daesh en 2014: cela n'a pu être possible qu'avec l'assentiment d'un bon nombre d'habitants et l'accord des tribus sunnites locales. Les habitants n'avaient pas confiance dans le gouvernement de l'époque. Les civils qui ont fui la ville ne sont pas pressés de rentrer et attendent de voir comment cela se passe. Au gouvernement actuel de faire mieux que le précédent pour avoir la confiance des habitants.
#Etat Islamique #Irak