Cette fois c'est le #Nigéria qui est touché. Selon le porte-parole de l'État, Kayode Akinmade, contacté par l'AFP 17 personnes ont perdu la vie depuis l'apparition de cette mystérieuse maladie qui tue en 24 heures.

18 personnes ont succombé à la maladie

Ce dimanche 19 avril 2015, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a annoncé son premier constat, il s'agirait vraisemblablement des herbicides qui seraient à l'origine de la maladie qui a fait déjà 18 morts en moins d'une semaine.

C'est dans la ville d'Ode-Irele, dans le sud-ouest du Nigéria que 18 personnes ont succombé à la « mystérieuse maladie » qui sème la terreur dans le pays depuis le début de la semaine.

Publicité
Publicité

Le porte-parole de l'OMS, Gregory Hartl, a annoncé sur Twitter que les premiers tests effectués n'ont pas révélé de trace d'infections bactériennes ou virales, ce qui confirme qu'il ne s'agit pas d'une évolution du virus Ebola ou de la fièvre jaune. C'est d'ailleurs ce qui inquiète davantage la population, qui se sent de nouveau prise au piège, avec une maladie qui ne risque pas de passer inaperçue dans le monde entier. Pour rappel, Ebola avait fait 10 600 morts essentiellement dans trois pays, Sierra Leone, Liberia, et Guinée depuis le début de l'année 2014.

Aucun nouveau cas au cours des dernières 72 heures

Dayo Adeyanju, le responsable de la santé, a déclaré que sur les 23 personnes infectées, 18 ont perdu la vie. Kayode Akinmade a ajouté : « Les quatre premières personnes à avoir contracté la maladie mystérieuse entre dimanche et lundi sont mortes dans les 24 heures après l'apparition des symptômes. » Il a tenu à rassurer la population en affirmant qu'aucun nouveau cas n'avait été détecté pour le moment.

Publicité

Les symptômes de la « maladie mystérieuse »

La maladie provoque des maux de tête, des pertes de connaissances, pertes de poids et des troubles de la vue pouvant rendre aveugle, ce qui précède la mort qui survient au bout de 24 heures. Un porte-parole de l'ONU a déclaré au Parisien - Aujourd'hui en France, que des prélèvements de fluides corporels avaient été envoyés ce samedi 18 avril 2015 à l'hôpital universitaire de Lagos, qui dispose de très bon laboratoire. Pour l'heure, les analyses sont en cours, de plus amples informations devraient être dévoilées cette semaine. #Afrique