Il existe des règles que les nations doivent suivre même en temps de guerre. Le respect des organismes humanitaires et des organismes d'aide de derniers recours pour les civils blessés est l'une d'entre elles. Le #Yémen est dans un chaos complet avec des massacres quotidiens. Le pire pour les victimes est l'incapacité pour les organismes comme la Croix-Rouge de leur venir en aide malgré toute leur bonne volonté.

Dans le sud du pays, les combats se sont poursuivis, faisant selon les bilans officiels, plus de 110 victimes, dont 53 à Aden. Ces confrontations entre les rebelles chiites et les forces qui soutiennent le président et qu'appuie l'Arabie Saoudite sont très violentes. Les civils cherchent l'aide de derniers recours qui n'arrivent pas. Dans les hôpitaux, les blessés s'accumulent mais les médecins ne possèdent plus les ressources en médicament pour les soigner correctement.

La Croix-Rouge a communiqué des problèmes de logistique pour justifier les retards dans les envois destinés au Yémen. Le problème de l'ONG est l'arrivée dans la ville de Sanaa où bien peu d'avions peuvent se poser. « Nous avons les autorisations pour les fournitures médicales, mais nous ne pouvons pas nous poser à Sanaa », explique le représentant de l'organisme, Sitara Jabeen.

En plus des 48 tonnes de matériels médicaux prêt à être envoyées par la Croix-Rouge, plusieurs équipements de base sont en attente. Des générateurs, des tentes et de l'équipement pour réparer les conduites d'eau potable ne sont que quelques exemples.

Plusieurs pays évacuent leurs ressortissants

Devant cette situation qui va de mal en pire, plusieurs nations ont évacué des citoyens de leur pays respectif. La France, grâce à un navire à proximité du Yémen, a permis à 63 ressortissants de plusieurs nationalités de sortir. La Russie et l'Inde ont envoyé des avions pour leurs ressortissants respectifs. La Jordanie a fait de même.

Avec les combats et les blessés qui s'accumulent, il devient urgent pour les ONG comme la Croix-Rouge de pouvoir acheminer leur cargaison. Peu importe le camp des blessés, cet équipement leur est destiné. C'est maintenant au Yémen de faire en sorte que les ressources puissent arriver à bon port. #Terrorisme